Les pourparlers entre la Russie et l’Ukraine terminés, une nouvelle réunion prévue

Les pourparlers entre les délégations de Moscou et de Kiev, dans le sud-est de la Biélorussie, pour mettre fin au conflit, ont pris fin, a annoncé l'agence de presse étatique russe TASS.

invasion Ukraine Russie guerre pourparlers négociations
Les membres des délégations russes et ukrainiennes, le 28 février dans la région de Gomel (Biélorussie) @BELGAIMAGE

Aucune information n’a été communiquée sur l’issue de la rencontre. Une nouvelle réunion est prévue prochainement, a fait savoir l’agence. Les négociateurs russes et ukrainiens sont retournés dans leurs capitales respectives afin de mener des consultations. Ils estiment qu’un certain nombre de problèmes sont susceptibles d’être résolus, selon TASS. Ils se sont accordés sur une nouvelle réunion à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne, toujours selon l’agence de presse russe.

La prochaine série de pourparlers entre les délégations russe et ukrainienne pourrait être organisée dans les jours qui viennent, a fait savoir le président de la commission des relations internationales au sein de la Douma, Leonid Slutski. Une information confirmée par l’Ukraine.

Une première réunion de cinq heures

Selon M. Slutski, les parties ont " échangé des points de vue sur tous les aspects essentiels de la situation actuelle ". D’après lui, la délégation russe discutera dans la journée des résultats de l’entretien qui a eu lieu aujourd’hui, sans donner de détails. " Les parties ont établi une série de priorités et thèmes qui demandent certaines décisions " avant un deuxième tour de pourparlers, a déclaré Mikhaïlo Podoliak, l’un des négociateurs ukrainiens. Les pourparlers ont commencé lundi midi et ont duré environ cinq heures.

Les négociations qui ont commencé lundi portent sur l’invasion de l’Ukraine menée depuis jeudi par l’armée russe, qui se heurte à une forte résistance des forces ukrainiennes. Lundi, alors que les délégations des deux pays étaient réunies, de violents affrontements se sont déroulés dans la deuxième ville d’Ukraine, Kharkiv (est), où les autorités locales ont fait état d’au moins 11 civils tués dans des bombardements russes. Dans un entretien lundi avec son homologue français Emmanuel Macron, le président russe Vladimir Poutine a conditionné tout règlement de cette guerre à une liste d’exigences.

Des négociations sérieuses?

Celles-ci comprennent notamment une reconnaissance de la souveraineté russe sur la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou en 2014, la " dénazification " ainsi que la " démilitarisation " de l’Etat ukrainien, et un statut neutre pour l’Ukraine, selon le Kremlin. M. Poutine qualifie le gouvernement pro-occidental à Kiev de " néonazi ", ce qui signifie pour de nombreux observateurs qu’il n’entend pas mener sérieusement des négociations avec lui. De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a admis ne " pas trop croire " à des négociations fructueuses, appelant l’armée russe à déposer les armes.

Les pourparlers se tiennent dans l’une des résidences du président bélarusse Alexandre Loukachenko sur la frontière ukraino-bélarusse, dans la région de Gomel, non loin de la centrale nucléaire accidentée de Tchernobyl, qui est en territoire ukrainien.

Sur le même sujet
Plus d'actualité