La Russie envahit l’Ukraine: récit d’une journée historique

C'est une journée noire pour l'Ukraine, avec l'invasion de ses territoires par la Russie. Retour sur le déroulé des événements de ce jeudi 24 février.

La Russie envahit l’Ukraine: récit d’une journée historique
© Belga Image

3h53: Peu avant 4h du matin (heure belge), Vladimir Poutine annonce, à la télévision, une "opération militaire spéciale" en Ukraine. Le président russe explique vouloir " défendre les séparatistes de l’est du pays ". Dans la même allocution, Vladimir Poutine promet de répliquer à ceux " qui tenteraient d’interférer avec nous. (…) Ils doivent savoir que la réponse de la Russie sera immédiate et conduira à des conséquences que vous n’avez encore jamais connues ".

4h30: Plusieurs explosions sont entendues dans la capitale ukrainienne Kiev et dans d’autres villes du pays. Dans le même temps, le président américain Joe Biden a aussitôt dénoncé une " attaque injustifiée " qui provoquera " des souffrances et pertes de vies humaines ". " Le monde exigera des comptes à la Russie ", a-t-il promis. L’Ukraine et la Russie restreignent leurs espaces aériens.

5h55: Des troupes russes arrivent dans les villes portuaires de Marioupol et Odessa, selon l’agence de presse russe Interfax, citée par l’agence de presse Reuters jeudi matin. Des signalements d’explosions entendues avaient été rapportés pour ces deux villes. Les sirènes d’avertissement anti-bombardement retentissent à Kiev dès 6h15. 

6h19: Le président ukrainien appelle jeudi ses concitoyens à ne pas paniquer face à l’offensive russe qui frappe leur pays, annonçant par ailleurs l’introduction de la loi martiale. " Pas de panique, nous sommes prêts pour tout, nous allons vaincre ", assure Volodymyr Zelensky dans un message vidéo sur Facebook, ajoutant que la Russie avait effectué des frappes contre des infrastructures militaires et des garde-frontières.

6h43: Des unités des milices de la " république populaire " de Donetsk  mènent des frappes contre l’armée ukrainienne le long de toute la ligne de front au Donbass, a fait part le porte-parole des Forces armées de la république de Donetsk, Eduard Basurine. Les garde-frontières ukrainiens confirment par ailleurs que l’Ukraine est attaquée le long des frontières russe et bélarusse.
Dans le même temps, Vladimir Poutine assure que la Russie ne fera " pas deux fois la même erreur en faisant plaisir à l’Occident ". Le président russe fait ainsi référence à la " Grande guerre patriotique ", lorsque l’URSS " a commis une erreur en faisant plaisir à un potentiel belliciste ".

7h07: L’armée ukrainienne affirme avoir abattu dans l’est du pays cinq avions et un hélicoptère de l’armée russe. L’armée russe dit, de son coté, avoir détruit les systèmes de défense anti-aérienne et mis " hors service " les bases aériennes de l’Ukraine.

 

7h28: La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel évoquent, dans une déclaration commune, la préparation de nouvelles sanctions européennes envers la Russie. Un nouveau paquet de sanctions est " en train d’être finalisé par la Commission et le Service européen pour l’action extérieure, en coordination étroite avec des partenaires ", précisant que le Conseil les " adoptera rapidement ".

© Belga Image

8h18: Les forces terrestres russes entrent en Ukraine, notamment depuis la Crimée annexée, selon les garde-frontières ukrainiens. " Des véhicules militaires russes, y compris des blindés, ont violé la frontière dans les régions de Tcherniguiv (nord, frontière bélarusse), Soumy (nord-est, frontière russe), Lougansk et Kharkiv (est, frontière russe) " par le point de passage entre la péninsule et la partie continentale de l’Ukraine, indiquent les garde-frontières en publiant une vidéo sur laquelle on voit des véhiculés marqués de la lettre Z. " Suite à des tirs de roquettes (…) depuis le territoire de la Crimée occupée, un garde-frontière a été tué ".

© Belga Image

10h05: L’armée ukrainienne affirme avoir tué une cinquantaine " d’occupants russes " dans la région de Lougansk (est).  " Le 24 février, près de 50 occupants russes ont été liquidés près de la localité de Chtchastia ",  assure l’état-major de l’armée ukrainienne dans un communiqué. Le terme " d’occupant russe " peut désigner tant les soldats russes que les combattants séparatistes prorusses. L’armée russe, de son coté, annonce que les séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine qu’elle assiste ont réalisé des gains territoriaux face à l’armée ukrainienne. Selon le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, qui s’exprimait à la télévision, les rebelles ont avancé de trois kilomètres dans la région de Donetsk et d’un kilomètre et demi dans celle de Lougansk. Il a assuré que la Russie visait des cibles militaires et que les civils n’avaient " rien à craindre ".

11H03: Le président ukrainien fait état de plus de 40 soldats et une dizaine de civils tués.

12h56: Les forces russes font une percée dans la région de Kiev, selon les garde-frontières ukrainiens. Une journaliste de l’AFP a constaté la présence de plusieurs hélicoptères non identifiés volant en groupe à basse altitude dans la banlieue de Kiev, la capitale ukrainienne.

De nombreux Ukrainiens tentent par tous les moyens de quitter le pays, rapporte entre autres la chaîne CNN, sur la base de témoignages. Des images montrent des routes aux abords de la capitale Kiev chargées de voitures qui tentent de fuir la ville. Des files étaient aussi constatées aux stations-service. " Le trafic se déplace le plus vite possible dans la même direction, l’Ouest, vers des zones plus sûres ", a commenté un journaliste de CNN.

 

13h09: Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, indique que le processus de planification de défense de l’Alliance a été activé au terme d’une réunion du Conseil de l’atlantique nord sur l’attaque de l’Ukraine par la Russie. " Dans les prochains jours et semaines, l’Otan renforcera encore sa présence sur le flanc Est ", selon le chef de l’organisation de défense. M. Stoltenberg a cependant souligné que les forces de l’Otan n’interviendront pas sur le territoire, malgré leur soutien aux troupes ukrainiennes.

© Belga Image

13h33: Un avion militaire ukrainien s’est écrasé près de Kiev avec 14 personnes à bord, annonce le service d’Etat pour les situations d’urgence. L’appareil est tombé près du village de Trypillia, à une cinquantaine de kilomètres au sud de la capitale ukrainienne, selon la même source. Selon l’agence de presse russe Tass, le nombre de morts s’élève à cinq personnes.

14h29: Alexander De Croo annonce que la Belgique prendra avec ses alliés de l’Otan les mesures nécessaires pour " intensifier la dissuasion et la défense ",  dans une déclaration prononcée devant la Chambre. Mais ces actions seront toujours préventives, proportionnelles et veilleront à ne pas provoquer d’escalade. Au niveau national, les précautions nécessaires seront prises afin de protéger les infrastructures critiques de la Belgique.   " Le temps des sanctions graduelles est révolu. Si nous n’agissons pas, Poutine ne s’arrêtera pas une fois l’Ukraine sous son joug ", a averti M. De Croo.

15h02: L’armée russe affirme avoir détruit 74 installations militaires, dont 11 aérodromes, en Ukraine. " À la suite des frappes des forces armées russes, 74 installations terrestres de l’infrastructure militaire ukrainienne ont été mises hors service. Cela comprend 11 aérodromes de l’armée de l’air ", a annoncé à la télévision le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov.

15h48: Dans plusieurs villes d’Europe, des manifestants protestent, appelant " à stopper cette folie! ". Devant l’ambassade russe à Berlin, de nombreuses personnes arborent les couleurs ukrainiennes. Parmi les protestataires, des Russes fustigent clairement l’opération militaire lancée par Moscou. À Paris, plusieurs centaines de personnes étaient réunies elles aussi devant l’ambassade russe. A Varsovie, pays limitrophe de l’Ukraine, un drapeau russe a été brûlé par un manifestant devant l’ambassade russe. Des rassemblements avaient été plus tôt organisés à Beyrouth et Tokyo. A Dublin, La Haye et Amsterdam, des centaines de personnes ont elles aussi participé à des rassemblements jeudi devant les représentations russes. En Russie, les autorités ont d’ores et déjà prévenu qu’elles réprimeraient toute manifestation " non autorisée " organisée dans le pays contre la guerre en Ukraine. 

 

Des manifestants protestent contre l'invasion de l'Ukraine à Berlin, devant la porte de Brandebourg.

© Belga Image

Paris

© Belga Image

16h10: L’invasion fait à nouveau flamber les prix de l’électricité et du gaz. Le prix du gaz pour une livraison en mars a augmenté de 40%, pour atteindre 125 euros du mégawattheure. Celui de l’électricité a crû dans la même proportion pour atteindre 300 euros/MWh.  Les prix de l’énergie sont à leur plus haut niveau depuis la mi-décembre, lorsque l’on craignait une pénurie.  La Belgique n’est pas épargnée par cette flambée. Sur le marché de gros du pays, il faudra débourser, vendredi entre 22 et 24h, 378 euros par MWh d’électricité. Vers 19h, le prix sera même de 463 euros, un montant record pour la Belgique.

16h58: Les Russes ont conquis un aéroport militaire aux portes de Kiev, selon le président ukrainien. Selon M. Zelensky, qui s’exprimait dans un discours vidéo, l’aéroport a été pris par les forces russes mais le débarquement de parachutistes à Gostomel, où il est situé, a été " bloqué " et les forces ukrainiennes ont " reçu l’ordre de les détruire ". Le président ukrainien a promis de reprendre l’aéroport.

18h09: Treize civils et neuf militaires ont été tués dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine qui est en partie contrôlée par les troupes russes, a annoncé l’administration régionale. Deux enfants feraient partie des victimes. La ville de Guenitchesk est sous contrôle russe, selon la même source.

18h39: La Russie affirme qu’elle a rempli " avec succès " tous les objectifs fixés au premier jour de son invasion de l’Ukraine. " Toutes les tâches assignées aux groupes de militaires des forces armées de la Fédération de Russie pour la journée ont été remplies avec succès ", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konachenkov.

18h58: Selon la présidence ukrainienne, la Russie a pris le contrôle de la centrale de Tchernobyl.  " Après des combats acharnés, nous avons perdu le contrôle du site de Tchernobyl ", a déclaré Mikhaïlo Podoliak, un conseiller de la présidence. Après la perte du contrôle de cette zone hautement contaminée, " l’état des installations " de la centrale, de la chape étanche isolant son réacteur accidenté et d’un dépôt pour le combustible nucléaire " est inconnu " et " il est impossible de dire si la centrale est en sécurité ", a ajouté le responsable. " C’est une des menaces les plus graves pour l’Europe ", a-t-il ajouté, estimant que les Russes pourraient organiser des " provocations " sur ce site afin d’en rejeter la responsabilité sur l’Ukraine.

19H59: Biden annonce des sanctions à l’égard de la Russie. Plus de la moitié des importations technologiques de la Russie seront supprimées et quatre banques russes supplémentaires vont être sanctionnées. Joe Biden a aussi assuré qu’il défendrait " le moindre pouce de territoire de l’Otan " mais ajouté qu’il n’enverrait pas de troupes en Ukraine.

20h05: Près de 1400 personnes ont été arrêtées dans plusieurs villes de Russie lors de manifestations contre la guerre en Ukraine, dont 719 à Moscou et 342 à Saint-Pétersbourg, selon l’ONG spécialisée OVD-Info. L’AFP a pour sa part assisté à des dizaines d’arrestations sur la place Pouchkine, dans le centre de Moscou, où un important dispositif avait été déployé.

Plusieurs centaines de personnes ont protesté dans le centre de Saint-Pétersbourg contre l'invasion de l'Ukraine.

© Belga Image

20h43: L’invasion russe de l’Ukraine a couté, en quelques heures, la vie à 57 Ukrainiens, selon des informations du ministre ukrainien de la Santé, Viktor Ljasko, relayées jeudi soir par l’agence de presse Interfax-Ukraine. On déplore également 169 blessés. Selon M. Ljasko, les hôpitaux ukrainiens peuvent gérer l’afflux pour le moment.

Sur le même sujet
Plus d'actualité