France, Suisse… Quelles mesures sanitaires pour partir au ski?

Pour se rendre dans les stations de ski, il faut bien souvent se plier à quelques mesures sanitaires. Petit tour d'horizon dans les Alpes.

Funiculaire aux Arcs
Skieurs dans un funiculaire avec un masque, aux Arcs le 28 décembre 2021 @BelgaImage

Ce week-end, c’est le début des vacances de Carnaval et pour certaines familles, cela sera synonyme de départ pour les sports d’hiver. Un voyage qui fera du bien après deux ans où les stations de ski ont vu leur fonctionnement très perturbé. Cette année, il n’y a pas autant de restrictions mais néanmoins il y a quand même quelques règles sanitaires à respecter. Des mesures qui varient de pays en pays.

France: pass vaccinal de rigueur

En France, la première chose à faire est de rentrer sur le territoire. Pour cela, il faut avoir un pass sanitaire dès 12 ans prouvant soit une vaccination complète (de neuf mois après la deuxième dose selon les règles européennes), une guérison (datant de moins de six mois) ou un test négatif (soit PCR ou antigénique de moins de 24 heures). À ne pas oublier: la déclaration sur l’honneur pour assurer que le voyageur n’a pas de symptôme.

Une fois entré dans l’Hexagone, il faut savoir que le pass vaccinal est encore requis en de nombreux endroits, dont pour les remontées mécaniques en montagne (au même titre que les restos, les bars, les lieux de loisirs et sportifs, etc.). Pour cela, les règles sont plus strictes. Non seulement il n’est pas possible d’obtenir ce pass avec un test mais en plus, pour les vaccinés avec deux doses seulement, la dernière injection ne doit pas dater de plus de quatre mois. Dans le cas contraire, il faut soit passer par la dose de rappel, soit avoir un certificat de guérison. À noter que pour l’instant, les moins de 18 ans sont dispensés de dose de rappel. Les 12-15 ans peuvent quant à eux présenter un simple pass sanitaire, un non vaccinal.

À part le pass, le dernier protocole sanitaire pour le ski en France précise qu’il n’est désormais plus obligatoire de porter le masque sur les télésièges, les téléskis et les tapis qui ne sont empruntés que par une personne à la fois. Il ne faut évidemment pas porter le masque lors de la pratique du ski en tant que telle. Par contre, dans les véhicules fermés et les files d’accès dans des endroits clos (télécabines, téléphériques, funiculaires, etc.), il faut le masque. Les cache-cous ne remplissent le même rôle que lorsqu’ils sont spécifiquement prévus pour cela, avec des protections adaptées. Petite précision: le 28 février prochain, la France laissera tomber le masque dans les lieux clos soumis au pass sanitaire/vaccinal. Enfin, il se pourrait que l’Hexagone laisse tomber le pass tout simplement à partir de la mi-mars, comme l’a évoqué le ministre de la Santé Olivier Véran.

Suisse: libéré, délivré!

Jusqu’à la mi-février, la Suisse appliquait toute une série de mesures sanitaires. Depuis le 17 février, c’est simple: il n’y a (presque) plus rien. Aucun prérequis n’est demandé à la frontière et le port du masque, auparavant obligatoire dans tous les espaces fermés publics, n’est désormais de rigueur que dans un nombre limité d’endroits (transports publics et établissements de soins). Le pass sanitaire n’est plus demandé non plus. Par contre, en cas de test positif, une quarantaine de cinq jours est demandée.

Allemagne: plusieurs États, plusieurs règles

Pour l’Allemagne, cela se complique. Pour entrer sur son territoire, il faut être vacciné ou guéri. Sans cela, il faut suivre une quarantaine de plusieurs jours (cinq si un test s’avère négatif à ce moment-là). Globalement, le pass est requis en de nombreux endroits (restos, bars, centres commerciaux, etc.) selon la typologie allemande: 2G (vacciné ou guéri), 2G+ (vacciné ou guéri avec un test négatif supplémentaire) ou 3G (vacciné, guéri ou testé négatif). Le masque (parfois FFP2) est demandé dans les lieux clos dès 6 ans. Dans les stations de ski, le pass vaccinal et le port du masque sont requis pour les remontées mécaniques. Enfin, à partir du 4 mars, la réglementation 3G s’appliquera dans les hôtels et les restaurants.

Dans le détail, ces règles générales peuvent varier d’un Land à un autre. En Bavière par exemple, la 2G est de rigueur pour les adultes dans les téléphériques et les remontées mécaniques. Dans le Bade-Wurtemberg voisin, les règles 2G, 2G+ et 3G varient en fonction de l’incidence du coronavirus. En Thuringe, c’est la 3G qui prévaut.

Autriche: un assouplissement très récent

En Autriche, jusqu’à cette semaine, les règles sanitaires étaient parmi les plus dures d’Europe. À partir du 22 février, cela va radicalement changer. Jusque-là, il fallait se soumettre à la règle 2G+ pour l’entrée sur le territoire, c’est-à-dire l’obligation d’être vacciné (avec les deux doses valables six mois ou une dose de rappel) ou guéri (dans un délai de trois mois après l’infection), avec un test supplémentaire. Sans cela, c’était un aller simple pour 10 jours de quarantaine (ou 5 avec un test négatif). Dès ce mardi, c’est la règle 3G qui prévaut. Autrement dit, les vaccinés et les guéris ne doivent plus faire un test en plus. Les autres pourront éviter la quarantaine avec un test négatif.

Autre bonne surprise: il n’est plus question de devoir présenter un pass vaccinal pour quasiment toutes les activités possibles et imaginables, ce qui était le cas jusqu’au 19 février. Là aussi, c’est le pass sanitaire 3G qui prévaut, y compris pour les remontées mécaniques. Pour l’instant, le masque FFP2 est demandé dans les espaces publics intérieurs et les transports en commun, ainsi que dans les télécabines, les télésièges couvertes et les zones d’accès aux remontées mécaniques. Dès le 5 mars enfin, un nouvel assouplissement pourrait avoir raison de la plupart des règles sanitaires, si ce n’est le port du masque en certains endroits.

Italie: Super Green Pass de rigueur

Enfin, en Italie, il faut avoir le pass sanitaire pour entrer sur le territoire (avec pour les vaccinés neuf mois de validité pour les deux doses, sans dose de rappel, 6 mois pour les guéris, ou bien soit un test PCR de moins de 72 heures, soit un test antigénique de moins de 48 heures).

Le masque est demandé dès 6 ans pour accéder aux remontées mécaniques des stations de ski ainsi que le Super Green Pass dès 12 ans, c’est-à-dire en étant vacciné (avec une validité de six mois après les deux doses si la dose de rappel n’est pas faite) ou guéri. Depuis peu, le masque n’est plus obligatoire en extérieur mais en intérieur, il l’est toujours et ce au moins jusqu’au 31 mars. Le Super Green Pass est également requis pour toute une série de lieux (bars, restaurants, transports…).

Sur le même sujet
Plus d'actualité