Échec du convoi de la liberté à bloquer Paris comme il le voulait

Une partie du convoi de la liberté est passée dans Paris. Mais tous n'ont pas rallié la capitale.

Un homme est entouré de policiers à Paris alors que le convoi de la liberté passait par la capitale française
© Belga Image

Certains sont allés jusqu’aux Champs-Elysées perturber la circulation, d’autres ont défilé dans les manifestations autorisées, mais les participants aux convois anti-passe, partis de toute la France, n’ont pas bloqué Paris comme ils le voulaient.

Vers minuit, les forces de l’ordre tentaient encore de disperser quelques dizaines de manifestants irréductibles près des Champs-Elysées, après avoir réussi à les repousser dans des rues adjacentes.

Plus tôt en début d’après-midi, plus d’une centaine de véhicules avaient rejoint cette célèbre avenue de la capitale française, des automobilistes, certains désormais à pied, agitant des drapeaux ou scandant " liberté ", alors que leur manifestation n’avait pas été autorisée.

La situation s’est ensuite tendue: la place de l’Arc de Triomphe puis l’avenue ont progressivement été évacuées par les forces de l’ordre à coups de gaz lacrymogènes.

Un rassemblement hétéroclite

Les forces de l’ordre ont procédé à 97 interpellations et 513 verbalisations, selon un bilan global communiqué dimanche par la préfecture de police de Paris.

Rassemblement hétéroclite d’opposants au président Emmanuel Macron, au passe vaccinal et de " gilets jaunes ", ceux qui se font appeler " convois de la liberté " se sont constitués sur le modèle de la mobilisation qui paralyse actuellement la capitale canadienne Ottawa.

Si la police avait recensé vendredi soir 3.000 véhicules pour 5.000 manifestants dans ces convois en route pour Paris, tous les convois n’ont finalement pas rallié la capitale. Un convoi de 300 véhicules a été stoppé sur l’autoroute A4, venu de l’Est parisien. Un autre, d’environ 400 véhicules, a été stationné à la mi-journée dans la forêt de Fontainebleau, selon une source policière.

Le convoi devrait gagner Bruxelles lundi

L’interdiction de rassemblement des convois, maintenue vendredi soir par le tribunal administratif de Paris qui a rejeté deux recours, a été confirmée samedi soir par le Conseil d’État, selon la préfecture de police.

Quelque 7.500 membres des forces de l’ordre sont mobilisés par la préfecture de police de Paris depuis vendredi jusqu’à lundi, les convois anti-passe ayant prévu de gagner Bruxelles lundi, malgré là aussi une interdiction des autorités.

Sur le même sujet
Plus d'actualité