Les pays à faibles revenus ont besoin de 14 milliards pour lutter contre le Covid-19

Cette somme, que l'OMS a exhorté les pays riches à verser d'urgence, couvre un achat groupé de 600 millions de vaccins, 700 millions de tests et des traitements pour quelque 120 millions de patients.

OMS santé pays pauvres covid-19 covax
Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus @BELGAIMAGE

Les pays à faibles revenus ont encore besoin de 14 milliards d’euros pour lutter efficacement contre le coronavirus, a relevé mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette somme, que l’OMS a exhorté les pays riches à verser d’urgence, couvre un achat groupé de 600 millions de vaccins, 700 millions de tests et des traitements pour quelque 120 millions de patients.

La science nous a livré les outils pour contrer le Covid-19. Si ces outils sont partagés mondialement de manière solidaire, nous pouvons mettre un terme cette année à cette catastrophe sanitaire internationale ", a insisté le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Si les pays à revenus élevés paient leur juste part " du financement du dispositif ACT-A, l’acronyme anglais d’Accès aux outils contre le Covid – un dispositif créé par de grandes agences sanitaires internationales mais aussi la Banque mondiale ou la fondation Bill et Melinda Gates et dirigé par l’OMS -, ce programme " peut aider les pays à faibles et moyens revenus à surmonter la faiblesse des taux de vaccination contre le Covid-19, la faiblesse des tests et la pénurie de médicaments ", a-t-il souligné dans un communiqué.

Le système Covax est l’un des volets du ACT-A. Il a été mis en place au début de la pandémie pour tenter de garantir un accès équitable du monde entier aux vaccins. Il a délivré sa milliardième dose de vaccin mi-janvier.

Montant accessible

Le fonctionnement d’ACT-A nécessitait quelque 23,4 milliards de dollars sur la période s’étalant d’octobre 2021 à septembre 2022, mais seuls 800 millions de dollars ont été collectés jusqu’à présent. Le programme réclame donc 16 milliards de dollars aux pays riches " pour combler le déficit de financement immédiat ", le reste devant être autofinancé par les pays à revenu intermédiaire. Selon les calculs des Nations unies, 92% du montant total doivent provenir des pays du G20 et de l’Union européenne.

En prenant en compte l’impact économique de la pandémie à l’échelle mondiale, ces 14 milliards d’euros sont un montant tout à fait à leur portée, estime l’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown, aujourd’hui ambassadeur de l’OMS pour le financement de la santé mondiale. Seuls six pays – le Canada, l’Allemagne, le Koweït, la Norvège, l’Arabie Saoudite et la Suède – ont atteint ou dépassé un niveau de financement équitable.

M. Brown a une nouvelle fois insisté sur l’immense fossé qui sépare les pays riches des moins aisés dans la distribution des vaccins, la disponibilité des tests et des médicaments contre le Covid-19. Seulement 0,4% des 4,7 milliards de tests de dépistage du Covid-19 effectués dans le monde ont été utilisés dans des pays défavorisés où, par ailleurs, 10% de la population a reçu au moins une dose de vaccin.

Sur le même sujet
Plus d'actualité