Marine Le Pen lâchée par Marion Maréchal qui pourrait soutenir Zemmour

Marine le Pen ne sera pas soutenue par sa nièce, celle-ci affirmant «pencher» vers un soutien officiel à son principal adversaire d'extrême-droite.

Marine Le Pen et Marion Maréchal à Nice
Marine Le Pen, avec Marion Maréchal en arrière-plan, le 27 novembre 2015 à Nice @BelgaImage

L’éminente politicienne nationaliste Marine Le Pen a subi un revers à l’approche de l’élection présidentielle française. Sa nièce populaire Marion Maréchal ne cache pas qu’elle envisage de soutenir un rival clé à droite.

"C’est brutal, c’est violent"

L’ancienne députée Marion Maréchal, 32 ans, a déclaré au journal Le Parisien qu’elle n’avait pas encore décidé qui elle soutiendrait lors des élections d’avril. Elle n’exclut pas de rejoindre l’extrême droite Eric Zemmour. Il s’est avéré être un rival de sa tante, qui est à la tête du Rassemblement national. Marine Le Pen a réagi en se montrant consternée après cette interview. "C’est brutal, c’est violent", a déclaré la candidate, et "c’est une incompréhension politique, car elle avait indiqué qu’elle soutiendrait le mieux placé. (…) Je suis la mieux placée au second tour [par rapport à Éric Zemmour]". Elle a admis à CNews qu’elle avait personnellement du mal avec la position extrêmement conservatrice de sa nièce. Cette dernière est très populaire dans certains milieux de droite et pourrait donner un nouvel élan à la campagne de Zemmour.

Les sondages montrent que Le Pen semble actuellement avoir de meilleures chances de se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle. Là, elle devrait probablement affronter le président sortant Emmanuel Macron. Celui-ci n’a pas encore précisé s’il se représenterait, bien que son parti ait déjà mis en ligne un site internet: Avecvous2022.fr. Des entretiens peuvent être trouvés avec des citoyens français, comme un enseignant et un agriculteur. Selon le parti, le site devrait faire comprendre que les préoccupations des citoyens occupent une place centrale dans la campagne. Macron n’est pas cité nommément. Le président actuel obtiendrait environ un quart des voix au premier tour des élections, selon les sondages. Il affrontera alors probablement la candidate de centre-droit Valérie Pécresse ou Le Pen au second tour.

La cheffe du Rassemblement national a déjà dû faire face à des conflits familiaux. Elle a succédé à la direction du parti à son père Jean-Marie en 2011, qu’elle a chassé du parti quelques années plus tard. Il s’appelait alors Front National. Marine Le Pen voulait suivre un cours plus modéré que son père, ce qui s’est matérialisé par un changement de nom du parti. Ces derniers jours, d’autres personnalités de sa formation politique ont également déserté pour soutenir Éric Zemmour: Gilbert Collard, Jérôme Rivière et Damien Rieu.

Sur le même sujet
Plus d'actualité