Allemagne: le parti d’extrême-droite AfD lâché par son président

Le président de l'AfD quitte le parti pour en dénoncer son attitude de plus en plus extrémiste, et ce en pleine tempête judiciaire.

Jörg Meuthen à Dresde
Jörg Meuthen à Dresde le 9 avril 2021 @BelgaImage

Jörg Meuthen quitte le parti d’extrême droite allemand Alternative für Deutschland (AfD) et démissionnera également de son poste de co-président avec effet immédiat. Il l’a dit à plusieurs médias allemands vendredi.

La victoire du radicalisme d’extrême-droite

Meuthen, 60 ans, parle d’une défaite dans la lutte pour le pouvoir qui fait rage au sein de l’AfD avec la faction nationaliste d’extrême droite Der Flügel, officiellement dissoute. Meuthen a tenté à plusieurs reprises d’amener l’AfD au centre de la politique allemande. Il était en fait co-président du parti de la droite radicale, avec Tino Chrupalla. Alors que Meuthen appartenait à l’aile bourgeoise-conservatrice la plus modérée de l’AfD, Chrupalla a toujours appartenu à l’aile droite radicale du parti.

"Aujourd’hui, le cœur du parti bat énormément vers la droite, et ce rythme cardiaque est en fait élevé en permanence", a motivé Meuthen dans sa décision. L’AfD a développé une attitude sectaire dans la politique sanitaire en Allemagne, selon Meuthen.

Il continuera à siéger au Parlement européen, en tant que membre du parti populiste de droite Identité et Démocratie. Meuthen veut également rester politiquement impliqué. Il y a des discussions, mais il ne veut pas en dire plus pour le moment.

Une affaire de financement illégal du parti

Jeudi, une commission du Parlement européen a voté à une large majorité en faveur de la levée de l’immunité parlementaire de Meuthen. Il est question d’une enquête sur le financement du parti au sein de l’AfD. La session plénière du Parlement européen n’a pas encore donné son approbation. Meuthen dit que l’affaire n’a pas influencé sa décision de quitter l’AfD. Cette décision était prise depuis un certain temps et est le résultat d’un long processus, dit-il.

L’affaire dite des dons de l’AfD tourne autour des dons illégaux pendant les campagnes électorales. Meuthen reconnaît qu’en 2016, il a reçu 90.000 euros de soutien d’une agence de publicité suisse, bien que les dons de parti de plus de 1.000 euros provenant de pays non membres de l’UE soient interdits en Allemagne. Mais selon le politicien, tout était légal. Ce n’était pas un don, mais des services tels que la fabrication de dépliants et d’affiches, a déclaré Meuthen aux médias allemands. Et il n’y aurait rien eu de mal à financer ces services par des dons.

Sur le même sujet
Plus d'actualité