Des policiers italiens refusent de porter des masques roses

Selon certains policiers, porter un masque de couleur rose est incompatible avec leur fonction. Le surréalisme est italien pour une fois.

Policiers italiens portant un masque
© Belga Image

Le 13 janvier, une révolte gronde au sein de la police italienne. Dans plusieurs provinces, l’heure est au déballage de cartons remplis de masques FFP2. Mais c’est la stupeur en découvrant le contenu des boites: les masques fournis par l’Etat sont roses. Certains policiers refusent de les porter. Selon le secrétaire général du SAP, principal syndicat policier du pays, cette couleur serait " indigne de l’uniforme ", rapporte le journal la Repubblica.

Le rose et l’autorité, incompatible?

La police demande à changer ces masques pour des bleus ou noirs. Des couleurs plus sobres et raccords avec leur uniforme. Porter du rose lorsqu’on doit faire régner l’ordre, ce n’est pas crédible. Cliché, non? Est-ce vraiment incompatible? Le rose " donne une apparence de moins d’autorité ", estime le syndicat. Mais il se défend de tout préjugé lié à cette couleur et met en avant un accoutrement qui est et doit rester réglementé. Rappelons qu’il s’agit de masques buccaux roses, pas d’un tutu avec des collants.

" Il n’y a rien d’indigne à porter un masque de couleur. Il n’y a rien d’inhabituel à cela. Le respect des uniformes ne tient pas aux couleurs, mais à la manière dont les hommes et les femmes qui les portent agissent et travaillent ", a répliqué la vice-ministre des Infrastructures Teresa Bellanova sur Twitter.

Affaire à suivre, ou pas.

Sur le même sujet
Plus d'actualité