Des députés conservateurs prévoient de renverser le Premier ministre britannique

Les médias d'Outre-Manche jugent que ces députés rebelles pourraient réussir à provoquer un vote de confiance pour destituer Boris Johnson.

Boris Johnson à Londres
@BelgaImage

Un groupe de députés conservateurs tentent de renverser le collègue du parti et le Premier ministre Boris Johnson, car ils affirment qu’il ne peut pas rester après la polémique autour d’une soirée au 10 Downing Street pendant le confinement. Les médias britanniques pensent qu’il pourrait y avoir suffisamment de députés pour forcer le groupe à tenir un vote de confiance sur Johnson. 

Un "complot de la tourte au porc"?

Selon les règles du parti, 54 des 360 conservateurs de la Chambre des communes doivent désormais demander un vote au conseil du parti. Le groupe qui voudrait remplacer Boris Johnson par un autre Premier ministre serait composé d’une vingtaine de députés, pour la plupart récemment élus. On ne sait pas combien d’entre eux ont effectivement envoyé une demande de vote au conseil d’administration. On ne sait pas non plus combien d’autres députés le feraient également. Les conservateurs fidèles au Premier ministre, y compris les ministres du gouvernement, ont réagi avec colère. Ils surnomment les rebelles le "Pork Pie Plot" (le complot de la tourte au porc). En effet, une figure centrale du groupe rebelle, la députée Alicia Kearns, a été élue dans une circonscription anglaise qui s’est fait un nom avec le pork pie (la tourte au porc). 

Johnson a été discrédité pour une affaire qui tourne autour des soirées et des fêtes que Johnson et ses employés ont organisées pendant les périodes de confinement. Cela comprend une garden-party à la résidence officielle du 10 Downing Street en mai 2020, lors du premier verrouillage. Le Premier ministre a déclaré qu’il n’était pas au courant du fait que la garden-party avait violé les mesures en vigueur à l’époque. Son ancien conseiller et confident Dominic Cummings affirme que c’est un mensonge. Johnson s’est défendu mardi, insistant sur le fait qu’il pensait qu’il s’agissait d’une réunion de travail. Un haut fonctionnaire enquête sur ces rassemblements. Plusieurs ministres, comme Nadhim Zahawi de l’Éducation et Rishi Sunak des Finances, soulignent que les gens devraient attendre avant le résultat de cette enquête. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité