Roberta Metsola, une anti-IVG, élue présidente du Parlement européen

La Maltaise Roberta Metsola a été élue mardi matin nouvelle présidente du Parlement européen, dès le premier tour de vote, en dépit de son opposition à l’avortement.

Roberta Metsola Parlement européen PPE présidente David Sassoli Europe
Roberta Metsola, qui fête ses 43 ans ce mardi, est issue du Parti nationaliste de Malte (centre-droit)@BELGAIMAGE

La Maltaise Roberta Metsola a été élue mardi matin nouvelle présidente du Parlement européen, dès le premier tour de vote. Elle a récolté 458 voix en sa faveur parmi les eurodéputés qui se sont exprimés, sur 616 votes valables (74 autres votes étaient blancs ou nuls). Cette avocate de formation, qui fête ses 43 ans ce mardi, est issue du Parti nationaliste de Malte (centre-droit). Elle est eurodéputée depuis 2013, au sein du groupe PPE (conservateurs pro-européens), le premier groupe politique de l’assemblée. Elle prend ainsi la succession de David Sassoli (groupe S&D, socialistes et sociaux-démocrates), décédé la semaine dernière et dont le mandat arrivait à échéance.

Le suspense était finalement inexistant: les trois grandes forces au niveau européen, les groupes PPE, S&D et Renew (libéraux, macroniens), s’étaient accordés à l’issue des élections de 2019 sur la répartition des postes en vue, décidant d’octroyer la présidence du Parlement aux socialistes & démocrates pour la première moitié de la législature, puis au PPE pour la seconde. Lundi, ces trois groupes ont conclu un accord de mi-mandat, définissant des priorités législatives et politiques communes pour les prochaines années (jusqu’en 2024, fin de la législature), rendues publiques. Parallèlement, ils avaient appuyé leur volonté de soutenir Mme Metsola.

La candidature de Roberta Metsola, première vice-présidente du Parlement ces dernières années, n’a cependant pas été accueillie sans vagues. Venant de Malte, pays où l’avortement reste totalement illégal, ses positions sur le sujet faisaient craindre à certains une mauvaise image à la présidence de l’assemblée. La principale intéressée a quant à elle regretté qu’on la présente de manière caricaturale, et a assuré qu’elle serait avant tout la voix du Parlement européen.

Troisième femme (seulement) à accéder à cette fonction

Roberta Metsola, diplômée en droit, a obtenu une majorité absolue des suffrages exprimés dès le premier tour de vote, lors de la plénière organisée à Strasbourg. Les votes étant secrets, on ne connait que le nombre de voix exprimés pour chacun. La Suédoise Alice Kuhnke, candidate du groupe des Verts/ALE, a recueilli 101 voix, et l’Espagnole Sira Rego, de la Gauche, 57. Le seul candidat masculin, le Polonais Kosma Zlotowski du groupe ECR (conservateurs), s’est retiré in extremis du vote.

Mme Metsola fait accéder Malte pour la première fois à ce poste. Elle est la troisième femme à prendre la tête de l’assemblée, après les Françaises Simone Veil et Nicole Fontaine.
La plénière doit encore élire cette semaine les 14 vice-présidents et cinq questeurs pour la seconde moitié de la législature, qui formeront le " Bureau " du Parlement, chargé de son organisation.

Sur le même sujet
Plus d'actualité