France: la liste définitive de la Primaire populaire de la gauche établie

Sept candidats à la présidentielle française seront soumis aux votes pour déterminer le «représentant» de la gauche.

Manifestation pour la Primaire populaire à Paris
Manifestation en soutien à la tenue de la Primaire populaire, le 15 janvier 2022 à Paris @BelgaImage

Ce samedi 15 janvier, les organisateurs de la Primaire populaire ont annoncé les noms des candidats de gauche à la présidence française qui ont été retenus pour être soumis aux votes des sympathisants. Parmi eux se trouvent les quatre personnalités les plus en vogue dans les sondages: la maire PS de Paris Anne Hidalgo, le fondateur du parti LFI (gauche radicale) Jean-Luc Mélenchon, le chef de file des écologistes Yannick Jadot, et Christiane Taubira qui vient de se présenter à l’élection. S’y ajoutent autres personnalités: Anna Agueb-Porterie, Pierre Larrouturou et Charlotte Marchandise. Mais en l’état, il est très incertain que cette primaire change quoi que ce soit dans la course à l’Élysée.

Taubira, seul soutien de la Primaire

Le souci, c’est que cette Primaire a été organisée sans obliger les candidats à se plier au vote des sympathisants. Libre à eux de le faire ou pas par la suite. Pour l’instant, seule Christiane Taubira a accepté de se soumettre au résultat du scrutin. Même Anne Hidalgo, qui avait pourtant soutenu la tenue du scrutin, s’est ravisée. Suite à l’annonce de la candidature de Christiane Taubira, elle a assuré finalement qu’elle maintiendrait sa candidature "jusqu’au bout". "Chacun est libre de faire ce qu’il entend, et maintenant, c’est projet contre projet", a-t-elle réagi.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, donné à environ 10% dans les sondages, il a toujours refusé d’être contraint de se retirer en cas d’échec à la primaire, tout comme le candidat écologiste Yannick Jadot qui rivalise parfois avec lui dans les enquêtes d’opinion. Ce samedi, le candidat LFI a fustigé les propositions de campagne de ces principaux adversaires de gauche (Hidalgo, Jadot et Taubira). "Ils ne disent rien d’autre que ce qui est déjà dans mon programme", estime-t-il auprès du Monde.

Une Primaire organisée selon un scrutin novateur

Que les candidats se soumettent ou pas à la primaire, celle-ci aura lieu et ce selon un scrutin particulier, le jugement majoritaire. Inventé par deux mathématiciens français, ce type de vote a pour but d’être le plus représentatif possible de l’électorat. Le principe: les candidats obtiennent chacun une mention ("excellent", "passable" ou "à rejeter"). Celui qui obtient la meilleure mention médiane l’emporte. Autrement dit, un candidat recevant beaucoup de notes "passable" et peu de votes "à rejeter" peut l’emporter face à une personnalité ayant reçu plus de mentions "excellent" mais aussi beaucoup de "à rejeter". Si deux candidats finissent avec la même médiane, les organisateurs déclareront gagnant celui qui obtiendra le plus de votes supérieurs à cette moyenne.

Les électeurs ne pourront cependant pas voter pour quatre candidats de gauche à la présidentielle, non retenus par la Primaire: Nathalie Arthaud, Arnaud Montebourg, Fabien Roussel et Philippe Poutou. Ceux-ci n’avaient pas reçu assez de parrainages auprès des 132.000 sympathisants pour pouvoir y figurer.

Interrogé par Le Monde, l’un des deux fondateurs de la Primaire, Samuel Grzybowski, ne manque pas de saluer la seule personnalité soutenant le scrutin, Christiane Taubira, mais soutient qu’elle ne gagnera pas forcément pour autant. "Pourquoi est-ce que Christiane Taubira remporterait le processus? Il y a des centaines de milliers de participants. Si elle ne l’emporte pas, elle a été au moins, elle, très claire sur le fait qu’elle respecterait le résultat et participerait à la campagne. On sera donc très heureux de faire campagne avec elle aux côtés de celui ou celle qui remporterait l’élection. Et ce qui fait vraiment pour nous la différence, je l’ai évoqué, c’est le dernier kilomètre vis-à-vis des électeurs et électrices, parce qu’on pense que la personne qui va l’emporter a besoin de nous pour gagner cette présidentielle et pour changer d’échelle", affirme-t-il. La Primaire aura lieu en ligne du 27 au 30 janvier 2022.

Sur le même sujet
Plus d'actualité