Omicron: l’Italie renforce les restrictions contre les non-vaccinés

Dès ce lundi, les non-vaccinées ne peuvent plus aller au restaurant, au cinéma, à la piscine ou dans les clubs de sport ni prendre les transports publics.

L'Italie sévère envers les non-vaccinés
Le premier ministre Mario Draghi. (@Belga Image)

Le Premier ministre italien Mario Draghi a remis la pression lundi sur les personnes non-vaccinées, les estimant à l’origine de « la plupart des problèmes » du pays, en proie à une forte propagation du variant Omicron.

Selon de nouvelles mesures entrées en vigueur lundi, les personnes non-vaccinées contre le Covid-19 ne peuvent se rendre au restaurant, au cinéma, à la piscine ou dans les clubs de sport ni prendre les transports publics, alors que les écoles ont rouvert.

Seules les personnes récemment remises du Covid-19 sont exemptées de cette obligation qui représente un nouveau renforcement des restrictions imposées aux non-vaccinés face à l’augmentation des infections, y compris chez les enfants.

« La plupart des problèmes que nous connaissons aujourd’hui sont dus au fait qu’il existe des personnes non-vaccinées » qui « sont beaucoup plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie » et « mettent les hôpitaux sous pression », a déclaré Mario Draghi lors d’une conférence de presse lundi soir, alors que le pays enregistrait plus de 100.000 nouvelles contaminations en 24 heures.

L’Italie a par ailleurs annoncé la semaine dernière l’obligation vaccinale pour les personnes âgées de plus de 50 ans à partir du 15 février.

Les écoles ont ouvert pour un nouveau trimestre sur décision du gouvernement, malgré les appels des directeurs d’école ou du syndicat des médecins à retarder le retour en classe d’au moins 15 jours supplémentaires.

Le virologue Massimo Galli, de l’hôpital Sacco de Milan, a jugé l’ouverture des écoles « imprudente et injustifiée », tandis que l’expert en santé publique Walter Ricciardi a qualifié la situation « d’explosive ».

Plus de 1.000 communes ont décidé de laisser les écoles fermées sur leur territoire, selon des médias.

L’Italie a été le premier pays européen à être touché par le coronavirus au début de l’année 2020 et compte l’un des bilans les plus lourds, avec près de 140.000 décès.

Plus de 86% des plus de 12 ans ont été vaccinés et quelque 15% des enfants de cinq à 11 ans ont reçu leur première dose.

La compagnie nationale de chemins de fer Trenitalia a indiqué lundi avoir annulé 180 trains régionaux en raison d’infections au coronavirus.

Jusqu’au 31 mars, il sera donc nécessaire d’être muni d’un pass vaccinal prouvant que l’on a été vacciné ou que l’on s’est rétabli récemment, un test négatif ne suffisant plus, pour pouvoir fréquenter restaurants, hôtels et salles de sport, ainsi que les bus, trains, avions et navires.

Les masques FFP2 sont désormais obligatoires dans les théâtres, cinémas, stades et tous les transports publics.

Les habitants non-vaccinés des petites îles italiennes, qui avaient prévenu qu’ils risquaient de se retrouver en « exil forcé » par les nouvelles règles, ont obtenu un délai supplémentaire.

Ces habitants — pour lesquels les bateaux et les avions sont les seuls moyens de quitter les îles et d’y revenir — pourront continuer à voyager avec le seul test négatif pour des raisons de santé et d’éducation jusqu’au 10 février.

Sur le même sujet
Plus d'actualité