Allemagne: nouvelles restrictions dans l’horeca, y compris pour les vaccinés

Le chancelier allemand a également édicté d'autres règles supplémentaires, tout en favorisant ceux ayant eu leurs doses de rappel.

Statue devant un restaurant à Weimar
Statue devant un restaurant de Weimar, en Thuringe, le 20 décembre 2021 @BelgaImage

Face à la montée des infections dues au variant Omicron du Covid-19, l’Allemagne va encore restreindre l’accès aux restaurants et cafés mais alléger les délais de quarantaine pour éviter une éventuelle paralysie du pays, a annoncé vendredi le chancelier allemand Olaf Scholz.

Moins de contraintes avec une 3e dose

Au plus tard à partir du 15 janvier, les clients des restaurants, cafés et bars devront désormais, en plus d’un certificat de vaccination ou de guérison, présenter un test de dépistage négatif du jour. Mais les personnes ayant déjà reçu une troisième dose de vaccin seront exemptées de test.

Les délais de quarantaine pour les malades et les cas contacts vont être réduits afin de ne pas risquer de paralyser le pays en raison d’un trop grand nombre de personnes placées en isolement. Ainsi toute personne en contact avec un malade infecté ne devra plus se mettre en quarantaine si elle a reçu trois doses de vaccin, vient d’être vaccinée ou a déjà contracté le virus. Pour tous les autres, y compris les personnes infectées, la quarantaine, qui était jusqu’ici de 14 jours, pourra être réduite à sept jours sur présentation d’un test PCR négatif.

Dans tous les commerces et les transports publics, de courte ou de longue distance, le port d’un masque FFP2 est désormais «recommandé avec insistance».

Des mesures «strictes mais pragmatiques»

«Je ne peux pas exclure qu’il y ait une augmentation significative des infections dans un avenir proche» à cause de la propagation rapide du variant Omicron, a prévenu le dirigeant à l’issue d’une réunion avec les dirigeants des 16 États régionaux, assurant que les mesures décidées étaient certes «strictes mais pragmatiques». Berlin entend ainsi réagir à la déferlante de contaminations au variant Omicron dans de nombreux pays européens, un variant qui «deviendra bientôt dominant sur l’ensemble du territoire», selon le chancelier et les représentants des États régionaux.

La première économie européenne avait été touchée à l’automne par une virulente reprise de l’épidémie liée au variant Delta. Le nombre des nouveaux cas a toutefois reflué depuis le retour à de nombreuses restrictions. Mais, quoique sous contrôle par rapport à la France ou la Grande-Bretagne par exemple, il est reparti à la hausse ces derniers jours. Le nouveau gouvernement avait annoncé peu après son entrée en fonction début décembre vouloir rendre la vaccination obligatoire rapidement alors que 71,6% de la population totale a reçu deux doses et 41,6% trois doses. Aucun projet de loi n’a encore été formulé mais Olaf Scholz a réitéré son souhait qu’elle soit décidée rapidement.

Sur le même sujet
Plus d'actualité