Après la polémique, le drapeau européen sous l’Arc de Triomphe retiré

Plusieurs personnalités politiques françaises se sont indignées contre le drapeau européen installé, en lieu et place du drapeau français, sous l'Arc de Triomphe le 31 décembre dernier. Après la polémique, le drapeau a été retiré dans la nuit de samedi à dimanche, « conformément au timing prévu » assure l'Elysée.

Le drapeau européen, remplaçant le drapeau français, n'a pas été au goût de tout le monde.
© Belga Image

Le drapeau européen, qui flottait sous l’Arc de Triomphe à Paris pour le début de la présidence française de l’UE, a été retiré dans la nuit de samedi à dimanche conformément au programme initial, a assuré l’Élysée à l’AFP pendant que l’extrême droite revendiquait une " victoire patriotique ".

" Le drapeau européen a été enlevé dans la nuit, conformément au timing prévu ", a indiqué l’Élysée, ajoutant qu’il était prévu qu’il " reste au vent le 31 décembre et le 1er janvier pour marquer le coup d’envoi symboliquement de la PFUE, au même titre que l’illumination en bleu de plusieurs monuments " en France. Mais Marine Le Pen a salué " une belle victoire patriotique ", estimant que " le gouvernement (avait) été obligé de retirer le drapeau de l’Union européenne de l’Arc de Triomphe ".

L’autre candidat d’extrême droite, Éric Zemmour, mais aussi la candidate LR (droite) Valérie Pécresse avaient également critiqué l’installation du drapeau de l’UE, à moins de 100 jours de la présidentielle. Interrogée pour savoir si l’exécutif avait accéléré le mouvement face aux critiques, une source gouvernementale a assuré dimanche à l’AFP que cela n’avait " rien à voir " et qu’il était prévu dès le départ que le drapeau européen soit installé seulement pour le 31 décembre et le 1er janvier. Pour leur part les dizaines de monuments illuminés en bleu, dont la Tour Eiffel et le Palais de l’Élysée, le resteront sept jours.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité