Russie: la Cour suprême dissout l’ONG Memorial, pilier de la société civile

La Cour suprême russe a ordonné mardi la dissolution de l'ONG Memorial, pilier de la défense de la lutte contre les répressions dans la Russie contemporaine et gardien de la mémoire des victimes du Goulag.

Russia Memorial ONG
Un défenseur de l’ONG Memorial entre deux policiers, le 28 décembre à Moscou/@BELGAIMAGE

Cette décision intervient en conclusion d’une année marquée par la répression croissante des personnes, ONG et médias perçus comme des critiques du président Vladimir Poutine, au pouvoir depuis bientôt 22 ans. " La décision est de liquider Memorial International et ses antennes régionales ", a annoncé l’ONG sur son compte Telegram.

Quelques secondes plus tôt, la juge Alla Nazarova avait dit " accéder à la demande du Parquet " de dissoudre cette ONG. En cause, le non-respect d’obligations découlant de son statut d' "agent de l’étranger ". Ce label, qui rappelle celui d' "ennemi du peuple " pendant l’URSS, désigne des organisations considérées comme agissant contre les intérêts russes en recevant des fonds étrangers.

" Décision injuste "

C’est une décision malfaisante, injuste ", a réagi l’avocate de la défense, Maria Eïsmont. Memorial enquête depuis plus de trente ans sur les purges soviétiques et recense les répressions contemporaines, notamment celles du régime de M. Poutine. " Liquider Memorial International renvoie la Russie à son passé, et accroît le danger de (nouvelles) répressions ", avait estimé devant la cour l’avocate Maria Eïsmont.

Début novembre, le Parquet avait demandé la dissolution de Memorial, l’accusant d’avoir enfreint " systématiquement " les obligations de son statut d' "agent de l’étranger ". Devant la cour mardi, le procureur Alexeï Jafiarov s’est fendu d’une attaque en règle visant l’ONG, l’accusant de " créer une image mensongère de l’URSS en tant qu’État terroriste ", de " salir la mémoire " de la Seconde Guerre mondiale et de chercher à " réhabiliter des criminels nazis ".

Suite au verdict, l’organisation a promis de trouver des " moyens légaux " pour poursuivre ses activités. " Memorial, ce n’est pas une organisation, ni même pas un mouvement social. Memorial, c’est un besoin des citoyens de Russie de connaître la vérité sur son passé tragique, sur le sort de plusieurs millions de personnes. Et personne ne pourra ‘liquider’ ce besoin ", a assuré l’ONG dans un communiqué.

Sur le même sujet
Plus d'actualité