Lambert Wilson " viré " de Greenpeace après avoir critiqué Florence Foresti aux César 2020

Lambert Wilson avait fustigé l’attitude d'Adèle Haenel et de Florence Foresti durant la cérémonie des César. Les propos de l’acteur, qui défendait la carrière de Roman Polanki, avaient fait polémique.

Lambert Wilson Florence Foresti Adèle Haenel Roman Polanski César
©BELGAIMAGE/ les propos de Lambert Wilson après les César 2020 avaient fait polémique

Invité mardi de l’émission de Canal + En Aparté, Lambert Wilson est revenu pour la première fois sur sa sortie remarquée au sujet des César 2020 et de Roman Polanski. Cette année-là, " J’accuse ", le film de Roman Polanski, était nommé à la prestigieuse cérémonie du cinéma français. Ce qui avait fait grand bruit, le réalisateur ayant été accusé de viol et d’agressions sexuelles à de multiples reprises.

En mars 2020, quelques jours après la cérémonie Lambert Wilson se disait "très en colère ", au micro de France Info. "C’est n’importe quoi. Si on estime qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans le fait que Polanski ait des nominations, alors on ne vient pas et on ne part pas au milieu de la cérémonie" avait-il estimé, faisant ainsi référence au geste d’Adèle Haenel lors de la remise du prix de meilleur réalisateur à Roman Polanski.

L’acteur s’était également attaqué à la maîtresse de cérémonie Florence Foresti, qui s’était plusieurs fois moquée du cinéaste (le désignant notamment sous le qualificatif de "Atchoum ").

" Viré deux jours après "

"Qu’est-ce qu’on va retenir de la vie de ces gens par rapport à l’énormité du mythe de Polanski ? Qui sont ces gens ? Ils sont minuscules ! " avait commenté Lambert Wilson. Une prise de position qui lui a ensuite valu une avalanche de critiques sur les réseaux sociaux.

À en croire ce qu’a expliqué l’acteur mardi sur le plateau d’"En Aparté", cette sortie a eu d’autres conséquences: "Ça faisait 20 ans que je travaillais comme militant […] J’étais vraiment un porte-parole de Greenpeace et parce que j’ai exprimé quelque chose qui semblait cautionner le cas Polanski, ce qui n’était pas le cas, j’ai été viré deux jours après sans autre forme de procès", a-t-il expliqué. Face à l’ampleur médiatique de l’affaire, l’association de défense de l’environnement aurait préféré prendre ses distances : " Les souscripteurs de Greenpeace ne peuvent pas supporter quelqu’un qui soutient ces propos ".

Sur le même sujet
Plus d'actualité