USA: les autorités se détournent du vaccin Johnson & Johnson

Elles ne le recommandent pas aux États-Unis mais ne déconseillent pas purement et simplement l'utilisation de ce vaccin dans certaines circonstances.

Vaccin Janssen
Vaccin Johnson & Johnson (Janssen) à Anvers le 30 avril 2021 @BelgaImage

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé jeudi soir à tous les adultes de se vacciner contre le Covid-19 avec Pfizer et Moderna plutôt qu’avec Johnson & Johnson, en raison du risque de thrombose lié au vaccin de «J&J».

Pfizer et Moderna prennent le dessus

Cette décision, annoncée par les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), porte un coup dur au remède de Johnson & Johnson, auquel neuf décès ont été attribués dans le pays. Il restera malgré tout disponible, notamment pour les personnes pour lesquelles les vaccins à ARN messager sont contre-indiqués, par exemple en raison de réactions allergiques. «La recommandation mise à jour aujourd’hui souligne l’engagement des CDC à fournir des informations scientifiques en temps réel à la population américaine», a déclaré la directrice des CDC, Rochelle Walensky, dans un communiqué.

Plus tôt, un comité d’experts indépendants avait appelé les autorités sanitaires américaines à recommander de privilégier les vaccins de Pfizer et de Moderna par rapport à celui de Johnson & Johnson pour tous les adultes. Leur vote était intervenu après la publication de nouvelles données sur les cas de thrombose (formation de caillots sanguins) après la vaccination avec Johnson & Johnson.

Dans un contexte où les vaccins de Moderna et de Pfizer sont désormais largement disponibles, le vaccin de Johnson & Johnson réduit le risque d’hospitalisation mais présente des risques plus élevés pour la santé, avait résumé Sara Oliver, chargée de présenter les données pour les CDC. Toutefois, les experts ont estimé que le vaccin de «J&J» devait rester disponible, notamment pour les personnes pour lesquelles les vaccins à ARN messager sont contre-indiqués ou si ces derniers ne sont pas disponibles.

«Je ne recommanderais pas Johnson & Johnson à des membres de ma famille»

Les experts n’ont pas souhaité purement et simplement déconseiller le vaccin de Johnson & Johnson également en raison d’inquiétudes sur l’impact qu’une telle décision pourrait avoir en dehors des Etats-Unis, où les approvisionnements en vaccins peuvent varier. Si aucun autre vaccin n’est disponible, celui de «J&J» présente toujours davantage de bénéfices face au Covid-19 que de risques, a rappelé Sara Oliver. «Je ne recommanderais pas Johnson & Johnson à des membres de ma famille», a déclaré durant la réunion jeudi Beth Bell, membre du comité. «D’un autre côté, nous devons reconnaître que différentes personnes font différents choix et si elles sont informées de façon appropriée, je ne pense pas que nous devrions leur enlever cette possibilité».

À la fin août, 54 cas de thromboses liées à la vaccination avec Johnson & Johnson avaient été identifiés aux Etats-Unis, sur plus de 14 millions de doses administrées. Tous ont nécessité une hospitalisation, dont 36 en soins intensifs. Début décembre, neuf décès avaient été identifiés. De façon générale, un cas sur sept a été fatal. Le risque est accru chez les femmes âgées de 30 à 49 ans, avec un cas pour 100.000 doses administrées. Mais il concerne aussi d’autres catégories de population. Parmi les neuf décès se trouvent notamment deux hommes.

Les autorités sanitaires américaines avaient recommandé en avril une pause dans l’utilisation du vaccin de «J&J» afin d’enquêter sur l’apparition de ces cas de thrombose, mais avaient finalement donné leur feu vert à la reprise des vaccinations. Elles avaient néanmoins déjà inclus un avertissement à ce propos dans l’autorisation d’urgence du vaccin.

Sur le même sujet
Plus d'actualité