Grèce: la vaccination insolite d’une dame âgée, seule sur son île

Coupée du monde, elle a malgré tout tenu à être vaccinée contre le Covid-19. Une tâche pas vraiment simple pour l'équipe médicale.

Irene Katsotourchi à Kinaros
Irene Katsotourchi, le jour de sa vaccination à Kinaros, en mer Égée @Capture d’écran Twitter

Depuis 18 ans, Irene Katsotourchi vit isolée sur la petite île de Kinaros, entre Amorgos et Kos. Veuve et âgée de 75 ans, elle habite seule sur ce rocher pas plus grand que le centre historique de Bruxelles. Autrement dit, s’il y avait bien une personne protégée du coronavirus, c’était bien elle. Pas besoin de gestes barrières, elle mène sa vie tranquillement. Malgré ce confinement de fait, cette femme a quand même été invitée, comme tous ses compatriotes, à se faire vacciner contre le Covid-19. Un appel auquel elle a répondu favorablement. Mais pour l’équipe médicale chargée de sa vaccination, le trajet a pris des allures d’épopée grecque.

Contre vents et marées

Depuis la mort de son mari en 2003, la seule visite qu’Irene Katsotourchi a, c’est celle de son facteur, qui vient tous les 15 jours depuis Amorgos, à quelques dizaines de kilomètres de là. Un jour, ils parlent de la vaccination contre le Covid-19 et elle fait part de son intérêt. Après tout, même si elle n’a qu’un seul contact humain, avec un peu de malchance, ça peut être celui de trop. Et en cas de problème, elle ne peut compter que sur un simple téléphone pour appeler à l’aide. Son facteur s’est renseigné, a prévenu le maire, Lefteris Karaiskos, et une campagne de vaccination prévue rien que pour elle a été organisée.

Finalement, une équipe médicale a été envoyée à Kinaros. Normalement, il faut une heure et demie pour rejoindre l’île depuis Amorgos. Sauf que ce jour-là, Poséidon n’était pas vraiment d’humeur. Les conditions météorologiques étaient si pitoyables que le voyage en mer a été un petit périple. "Lors de la traversée, nous avons été confrontés à des vents de 6 sur l’échelle de Beaufort. Par conséquent, nous sommes arrivés chez Irene trois heures plus tard que prévu", a expliqué le maire à la chaîne de télévision grecque ERT.

Un voyage de quatre heures et demie donc qui s’est terminé par la vaccination d’Irene, qui se déclare satisfaite et rassurée avec un sourire, malgré une petite irritation au bras. Le maire d’Amorgos se dit pour sa part admiratif de la volonté de cette femme à se faire vacciner comme les autres, malgré son isolement. "C’est un véritable message d’optimisme et de responsabilité. Par sa vaccination, Irene s’est montrée solidaire envers les groupes vulnérables et les travailleurs de la santé qui luttent contre cette pandémie depuis deux ans", conclut-il.

Sur le même sujet
Plus d'actualité