Ukraine-Russie: de retour en Union soviétique

Moscou agit avec Kiev comme le faisaient les Soviétiques: avec des blindés en embuscade. Une stratégie qui pourrait s’avérer gagnante.

un tank en ukraine contre la russie
© BelgaImage

Ukraine

Naissance tardive
Le territoire actuel a été, en tout ou en partie, sous domination des Vikings, des Polonais, des Lituaniens, des Tatares puis des Cosaques qui deviennent, au XVIIIe siècle, vassaux de la Russie. L’Ukraine accède à l’indépendance entre 1917 et 1920 puis intègre l’URSS. Elle redevient indépendante en 1991.

Conflits de loyauté
Le premier président ukrainien était membre du Parti communiste de l’Union soviétique. Conflit de loyauté, donc, entre sa patrie et Moscou qui l’a formé et à qui il doit tout.

Gaz et autodétermination
Les Russes font passer un gazoduc à destination de l’Europe de l’Ouest par l’Ukraine qui, en échange, bénéficie d’un prix préférentiel du gaz. Un prix qui sert de moyen de pression, vers 2010, pour récupérer la ­Crimée. Sans succès. En 2014, la population de ­Crimée organise un référendum d’autodétermination.

Grande sœur américaine
La secrétaire d’État américaine adjointe chargée de l’Europe, Karen Donfried, se rendra cette semaine en Ukraine pour “renforcer l’engagement des États-Unis en faveur de la souveraineté, de l’indépendance et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine”. Et réactiver les accords de Minsk, signés en 2015 et supposés mettre fin au conflit dans le Donbass, toujours en cours, et qui a fait 13.000 morts à ce jour.

Russie

Empire bouleversé
Le premier État russe (la “Rousse de Kiev”) naît au IXe siècle dans la région aujourd’hui occupée par l’ouest de la Russie, la Biélorussie et… l’Ukraine. Envahie puis dominée par les Mongols, la Russie s’organise peu à peu pour devenir, en 1547, un empire avec le premier tsar, Ivan le Terrible. Cet empire deviendra l’URSS de 1922 à 1991.

Conflits d’intérêts
Les Russes n’entendent pas se séparer de ce qu’ils consi­dèrent comme partie intégrante de la Russie: la Crimée et la flotte de guerre ex-soviétique de la mer Noire.

Réunion de famille
Le Parlement criméen d’Ukraine, au terme du référendum, proclame la sécession de la République de ­Crimée puis sa réintégration à la Russie. Celle-ci, bien entendu, accepte. Et allume, en 2014, un autre foyer “pro-sécession” à l’est de l’Ukraine: dans le Donbass. Ce qui donnera lieu à la guerre du Donbass, soutenue en sous-main par Moscou.

Grand frère russe
C’est à la frontière du Donbass que, depuis des mois, la Russie a massé quelque 100.000 soldats. Une démonstration de force de Moscou visant à entériner certaines ­conquêtes territoriales acquises depuis 2014. La seule issue qui semble raisonnable est de mettre en application les accords de Minsk. Or, ceux-ci sont très favorables à la Russie. La manœuvre russe illustrerait magnifiquement la célèbre locution “Si tu veux la paix, prépare la guerre”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité