Boris Johnson s’excuse sur une fête de Noël polémique à Downing Street

Une vidéo montre le personnel de Downing Street plaisantant sur une fête de Noël faite ensemble, alors que les Britanniques devaient rester en famille.

Boris Johnson à la Chambre des Communes
Boris Johnson devant la Chambre des Communes le 8 décembre 2021, lorsqu’il s’est exprimé sur l’affaire de la fête de Noël @BelgaImage

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé l’ouverture d’une enquête et présenté ses excuses «sans réserve» après la diffusion d’une vidéo montrant des collaborateurs plaisantant sur une fête de Noël l’an dernier à Downing Street, au mépris des règles anti-Covid.

«Je présente mes excuses sans réserve pour l’impression» que donne cette affaire, a-t-il déclaré au Parlement au lendemain de la parution de cette vidéo montrant des collaborateurs de Downing Street plaisanter à ce sujet. Affirmant qu’il lui avait été assuré qu’aucune fête ne s’est tenue, il a annoncé l’ouverture d’une enquête interne et promis des sanctions si les faits sont avérés. Avant la révélation de la vidéo, le Premier ministre, qui n’apparaît pas comme présent lors de cette fête, n’avait pas nié sa tenue mais avait assuré qu’aucun écart aux mesures sanitaires ne s’était produit.

Concrètement, la vidéo révélée par ITV News montre l’attachée de presse de l’époque, Allegra Straton alors qu’elle se préparait à un point presse avec ses collaborateurs. Elle imagine alors que des journalistes l’interroge sur une fête de Noël à Downing Street le 18 décembre 2020 et se met à blaguer sur le sujet. «Cette fête imaginaire était une réunion d’affaires sans respect de la distanciation sociale», plaisante-t-elle, assurant que cela était du fait du «fromage et vin». Les quotidiens britanniques titrent depuis sur cet incident sur un ton accusateur, évoquant de possibles mensonges sur cette fête: «Le Premier ministre accusé de mentir», «Une blague de mauvais goût». Cette affaire tombe à un mauvais moment pour le gouvernement britannique, alors qu’un durcissement des mesures sanitaires pourrait être décidé pour faire face au variant Omicron. Le député conservateur Charles Walker a déjà affirmé sur Times Radio que décider de telles restrictions représentait une tâche «presque impossible» vu «les événements des dernières 24 heures».

Sur le même sujet
Plus d'actualité