Marchés de Noël: lesquels sont (encore) ouverts dans les pays voisins?

De nombreux marchés de Noël ont toujours lieu dans le voisinage de la Belgique, même si les mesures sanitaires sont de plus en plus sévères.

Marché de Noël de Strasbourg
Marché de Noël de Strasbourg, lors de son ouverture le 26 novembre 2021 @BelgaImage

Le mois de décembre a commencé et à cause du la nouvelle vague de Covid-19, les marchés de Noël ne reprennent pas autant qu’espéré. En Belgique, les annulations sont déjà nombreuses: Louvain, Gand et Lierre en Flandre, Waremme, Bastogne, Verviers, Chimay, etc., en Wallonie. Certes, il y a aussi des maintiens. Les Plaisirs d’Hiver de Bruxelles ont survécu et d’autres pourraient faire de même, à l’instar des marchés de Noël de Durbuy, Charleroi, Liège et Namur en Wallonie, ainsi qu’Ostende, Bruges, Courtrai, Hasselt ou encore Saint-Trond au nord du pays. Mais avec un nouveau Codeco en perspective, leur avenir est à nouveau menacé. Dans les pays voisins, la situation est parfois pire, parfois bien meilleure. Petit tour d’horizon de ce qui est prévu pour l’instant aux frontières de la Belgique.

Luxembourg, France, Pays-Bas: les marchés souvent au rendez-vous

Commençons par le plus simple: le grand-duché de Luxembourg. Pour l’instant, la règle générale, c’est le CST local, le CovidCheck. Le marché de Luxembourg-ville a donc bel et bien lieu. Celui d’Esch-sur-Alzette aussi mais là-bas, la place de l’Hôtel-de-Ville est réservée aux vaccinés et aux personnes récemment guéries du Covid-19, pas aux non-vaccinés (même s’ils ont un test négatif).

En France, la nouvelle vague de coronavirus est moins importante qu’en Belgique, malgré une flambée des contaminations ces derniers jours. Le gouvernement a toutefois édicté de nouvelles règles ce mercredi pour tous les marchés de Noël. Désormais, il faut un pass sanitaire valide pour y accéder et des espaces de restauration sont prévus avec le même type de restrictions. Le port du masque est obligatoire pour toutes les personnes de plus de onze ans et seulement recommandé pour les enfants de plus de six ans. Enfin, il y a simplement la nécessité de respecter les gestes barrières.

Malgré ces restrictions, de très nombreux marchés de Noël sont toujours d’actualité outre-Quiévrain. C’est par exemple le cas en Alsace, la région la plus réputée en la matière. Tous les principaux marchés ont lieu. À noter qu’à Strasbourg, la Préfecture du Bas-Rhin a décidé de serrer un peu plus la vis après que le centre-ville ait été pris littéralement pris d’assaut, pas toujours dans le respect des règles sanitaires. Les contrôles seront donc plus stricts et le marché fermera ses portes à 20h dans la ville alsacienne.

Aux Pays-Bas, la situation est plus précaire. De manière générale, les marchés de Noël peuvent avoir lieu mais ils doivent se plier aux restrictions sanitaires qui sont en vigueur sur le territoire national. Les événements et les commerces non-essentiels doivent notamment fermer entre 17h et 5h du matin. En conséquence, de grands marchés comme celui de Maastricht ont dû revoir leurs heures d’ouverture mais ils répondent bien présents. Celui très original de Fauquemont (Valkenburg), organisé dans des grottes souterraines, est également ouvert. Par contre, La Haye a dû renoncer à son principal marché de Noël, le Royal Christmas Fair.

De plus en plus de restrictions en Allemagne

Le pays par excellence des marchés de Noël, c’est bien entendu l’Allemagne. Là-bas, ce sont les régions (les Länder) qui décident des restrictions sanitaires imposées. Il y a donc de grandes différences au sein du pays. Certains ont décidé d’annuler tous leurs marchés, purement et simplement. C’est le cas de la Bavière et du Bade-Wurtemberg, c’est-à-dire tout le sud de l’Allemagne. Idem en Saxe, Thuringe et dans le Brandebourg, à l’est.

Ailleurs, jusqu’ici, les Länder avaient généralement fait le choix d’imposer une règle 3G (c’est-à-dire un pass similaire au CST belge) ou une règle 2G (seuls les vaccinés et les guéris du Covid-19 sont admis, pas les autres). La règle 2G était appliquée à Berlin, Hambourg, en Basse-Saxe, en Rhénanie-Palatinat, dans la Sarre et en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. À Brême, c’est la règle 3G qui prévaut pour le moment. Enfin, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, juste à côté de la Belgique, les mesures différaient d’un marché de Noël à un autre. À Cologne, seul le masque était demandé, alors que la règle 2G était appliquée à Münster et Aix-la-Chapelle.

Mais tout cela va bientôt changer puisque ce jeudi, le gouvernement fédéral a décidé d’appliquer la règle 2G sur tout le territoire national. Il n’y aura donc prochainement plus le puzzle de mesures sanitaires tel qu’il existait jusqu’ici. Par contre, cela pourrait inciter des marchés de Noël à annuler leur tenue, par manque de revenus. C’est déjà le cas d’une bonne partie de ceux organisés dans les petites villes des Länder où une interdiction générale n’a pas été décrétée, comme à Montjoie, à la frontière belge. Il est à craindre que d’autres, potentiellement installés dans des villes de moyenne taille, suivent le mouvement.

Sur le même sujet
Plus d'actualité