10 choses à savoir sur Ahmed Nasser Al-Raisi

Le nouveau patron d’Interpol est suspecté d’actes de torture. Le natif des Émirats arabes unis pourrait aussi nuire à l’organisation même de cette police internationale.

Ahmed Nasser Al-Raisi
© BelgaImage

Inspecteurs

Après un doctorat obtenu à Londres, il a commencé sa carrière dans la police d’Abu Dhabi et est devenu en 2005 directeur général des opérations centrales, puis dix ans plus tard, inspecteur général du ministère de l’Intérieur des Émirats arabes unis. Depuis 2018, il est membre du comité exécutif d’Interpol.

Interpol

Cette organisation intergouvernementale de police réunit 195 pays dont la Belgique et lutte contre la grande criminalité à travers le monde. Elle relie par un réseau sécurisé les polices des membres et, si nécessaire, apporte un appui dans le cadre d’enquêtes de terrain.

Tortionnaire?

L’élection du nouveau président Ahmed Nasser Al-Raisi pour un mandat de quatre ans inquiète donc naturellement. Ce qui gêne les ONG, c’est que plusieurs plaintes pour “actes de torture et de barbarie” ont été déposées contre lui, notamment en France.

Droits humains

Une plainte concerne le militant des droits humains Ahmed Mansoor, détenu depuis 4 ans dans une prison sans matelas ni protection contre le froid, ni accès à un médecin, à l’hygiène, à l’eau et aux installations sanitaires.

Honorifique

Le vrai patron d’Interpol est son secrétaire général. En l’occurrence, Jürgen Stock, qui insiste sur la présomption d’innocence du président. Toutefois, ce poste honorifique lui donne du pouvoir sur l’agenda et les réformes de l’institution.

Criminalité financière

Divers spécialistes craignent qu’Al-Raisi avalise des pratiques, notamment en termes de criminalité financière, pour permettre aux pays du Golfe de prospérer plus rapidement.

Déménagement

Le Monde pointe une autre inquiétude: alors que le siège d’Interpol à Lyon doit subir d’importants travaux, certains élus verraient cette nomination comme un premier pas vers un déménagement du siège dans les Émirats arabes unis. Ces derniers se sont positionnés pour accueillir la “direction exécutive des services de police”, soit le service principal d’Interpol.

Argent

Les Émirats arabes unis sont le deuxième contributeur au budget d’Interpol, derrière les États-Unis. Y a-t-il eu des menaces de retrait en cas de défaite à l’élection? Difficile à dire.

Opacité

L’élection d’Al-Raisi démontre que l’institution policière a de sérieux problèmes de transparence, de manipulation de la part d’États non démocratiques et de liens plus que douteux avec certaines organisations étatiques ou privées.

Élections

Le processus électif réside en une voix par pays, à huis clos. De plus, la liste des candidats n’est pas rendue publique. Al-Raisi a été élu après trois tours avec 69% des voix.

Sur le même sujet
Plus d'actualité