Nouvelle nuit d’émeutes contre les restrictions anti-Covid aux Pays-Bas

Les manifestants néerlandais ne décolèrent pas face aux nouvelles restrictions anti-Covid 19. Chaos à Rotterdam, ambiance plus festive dans d'autres villes du pays.

Manifestation aux Pays-Bas contre les restrictions anti-Covid-19
© Belga Image

Des manifestations contre les restrictions anti-Covid-19 ont à nouveau tourné à l’émeute samedi soir aux Pays-Bas, au lendemain d’une « orgie de violence » à Rotterdam. Plusieurs policiers ont été blessés à La Haye dans des heurts avec les protestataires.

Dans cette ville où siège le gouvernement néerlandais, des policiers en tenue anti-émeute ont chargé des groupes de manifestants qui leur jetaient des pierres et des objets divers dans un quartier populaire. Ils ont utilisé un canon à eau pour éteindre des vélos en feu à une intersection très fréquentée. Cinq policiers ont été blessés et au moins sept personnes arrêtées.

Des violences ont également éclaté à Urk, petite ville protestante du centre du pays, et dans plusieurs localités de la province du Limbourg (sud). Deux matches de football ont par ailleurs été interrompus plusieurs minutes à Alkmaar (ouest) et Almelo (est) par des supporters frustrés par le huis clos imposé dans le cadre de la lutte anti-Covid-19, selon les médias locaux.

Le retour au confinement partiel ne passe pas

Vendredi soir, une manifestation avait déjà viré au chaos dans le centre de Rotterdam, avec trois manifestants blessés par des tirs de la police et 51 personnes arrêtées.

Les Pays-Bas ont réintroduit la semaine dernière un confinement partiel pour faire face à une flambée de cas de Covid-19, avec une série de restrictions sanitaires touchant notamment le secteur de la restauration, qui doit fermer à 20h00. Le gouvernement projette désormais d’interdire certains lieux aux non vaccinés, notamment les bars et les restaurants pour tenter d’enrayer la vague de contaminations. Plus de 21.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés vendredi aux Pays-Bas.

« Les gens protestent contre le confinement et la 2G », qui autorise les seuls vaccinés (« geimpft ») et guéris (« genesene ») à accéder à certains lieux publics, a déclaré à l’AFP Ferdi Yilmaz, propriétaire d’une pizzeria à La Haye. « Ils sont en colère », a-t-il ajouté, accusant des policiers d’avoir traîné plusieurs personnes hors de sa boutique, brisé la vitre de la porte d’entrée et de l’avoir frappé sur la main « sans raison ».

Cinq policiers ont été blessés, dont l’un a été transporté à l’hôpital pour une commotion cérébrale, et deux souffrent de lésions auditives causées par le bruit des feux d’artifice, a indiqué la police de La Haye dans un communiqué. Une ambulance transportant un patient a eu sa vitre brisée par un jet de pierre, a ajouté la police.

Chaos à Rotterdam, ambiance festive ailleurs

Samedi en début de journée, les manifestations avaient pourtant commencé dans le calme dans plusieurs villes du pays, comme à Amsterdam ou à Breda (sud), où un millier de personnes ont défilé en portant des pancartes disant « Non au confinement ».

La manifestation à Breda avait même des allures de fête, les participants dansant en suivant des chars avec DJs, des « party bus » fermant la marche, a constaté un journaliste de l’AFP. Des fumigènes ont été utilisés et quelques feux d’artifice ont été tirés, alors que les derniers participants se dispersaient.

« Les gens veulent vivre […] c’est pourquoi nous sommes ici », a déclaré à l’AFP Joost Eras, un des organisateurs. Mais « nous ne sommes pas des émeutiers. Ici, on est en paix », a-t-il assuré, se distanciant du chaos nocturne qui avait éclaté la veille à Rotterdam. Le maire de Rotterdam Ahmed Aboutaleb a qualifié les incidents de vendredi d' »orgie de violence ». « Trois émeutiers ont été blessés lorsqu’ils ont été touchés par une balle. Ils sont toujours à l’hôpital », a déclaré la police néerlandaise, ajoutant qu’une enquête serait menée pour déterminer « si les blessures ont été causées par des balles de la police ».

Au total, sept personnes, dont des policiers, ont été blessées dans les violences de Rotterdam. Sur la cinquantaine de personnes arrêtées, la moitié étaient mineures et les émeutiers venaient de différentes régions du pays, a indiqué la police, qui était toujours à la recherche d’autres suspects.

Sur le même sujet
Plus d'actualité