Crise sanitaire: la France durcit les contrôles à la frontière belge

L’Hexagone soumet les ressortissants de plusieurs pays à des exigences sanitaires plus fortes. Les Belges sont concernés.

Crise sanitaire: la France durcit les contrôles à la frontière belge
Panneau frontalier indiquant l’entrée sur le territoire français @BelgaImage

Confrontée à un rebond des contaminations par le Covid 19, la France a renforcé ses contrôles aux frontières avec plusieurs pays, dont la Belgique.

Des tests plus récents exigés

Le niveau d’alerte a été renforcé ces derniers jours en France, où le nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19 est repassé au-dessus des 10.000 en moyenne sur les sept derniers jours, selon les chiffres officiels publiés dimanche. La préfecture du Nord, un département frontalier avec la Belgique, a ainsi mis en place samedi des mesures plus restrictives pour les personnes en provenance du plat pays, classé par le Centre européen de contrôle des maladies parmi les dix de l’UE dans une situation «très inquiétante».

Les mêmes restrictions s’appliquent à l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Autriche, la Hongrie, la République tchèque, la Grèce, mais aussi à l’Ukraine et l’Uruguay hors Union Européenne, également particulièrement touchés par la remontée des cas, selon les sites internet des ambassades de France dans ces pays et celui du ministère français des Affaires étrangères.

Les personnes en provenance de ces pays, hormis les enfants de moins de 12 ans, devront présenter un schéma vaccinal complet ou le résultat négatif d’un test PCR ou antigénique de moins de 24 heures (et non plus de moins de 48-72h comme auparavant).

Un pass sanitaire renforcé mais pas comme en Autriche

Au plan européen, la France est classée dans la catégorie à «inquiétude modérée». L’Hexagone a par ailleurs réinstauré lundi le port du masque obligatoire à l’école primaire sur tout son territoire. Tous les écoliers français de 6 à 10 ans devront désormais porter le masque, un retour en arrière par rapport à la rentrée de septembre où la mesure avait été levée dans les départements les moins touchés par l’épidémie.

Le patron des députés de la majorité présidentielle, Christophe Castaner, a déclaré lundi qu’un reconfinement des non-vaccinés, comme en Autriche, n’était pas à l’ordre du jour. «L’objectif, et la méthode que nous avons tenue, c’est celle de la vaccination et du rappel», a-t-il souligné. Dans une allocution le 9 novembre, le président Emmanuel Macron a annoncé que le pass sanitaire serait conditionné à une dose de rappel pour les plus de 65 ans, et ce à partir du 15 décembre.

Dans la foulée, «620.000 prises de rendez-vous ont eu lieu sur Doctolib», la principale plateforme française de réservation en ligne de rendez-vous médicaux, a annoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Au total, au 9 novembre, l’organisme officiel Santé Publique France dénombrait plus de 51 millions de Français vaccinés (soit environ 75% de Français entièrement vaccinés et presque 77% partiellement).

Sur le même sujet
Plus d'actualité