La Nasa lance une mission pour dévier un astéroïde

Dans le cadre d’un exercice, la Nasa a annoncé le lancement d’une « mission de défense planétaire ». Objectif : envoyer un satellite s’écraser sur un astéroïde pour le faire dévier de sa trajectoire.

Nasa armaggedon astéroide défense planète Terre collision
©BELGAIMAGE/ Une illustration de l’astéroïde Bennu

C’est un scénario à la Armageddon, dans lequel Bruce Willis et Ben Affleck sont prêt à sacrifier leur vie pour faire exploser un astéroïde qui fonce vers la Terre. Mais qu’on se rassure tout de suite : aucun caillou de la taille du Texas ne nous menace actuellement. Le projet annoncé par la Nasa est un test, visant à valider une « technique de défense planétaire », au cas où. « Nous ne voulons pas nous retrouver dans une position où un astéroïde se dirigerait vers la Terre, et où nous devrions tester cette technique » pour la première fois, a expliqué jeudi lors d’une conférence de presse Lindley Johnson, du département de Défense planétaire de la Nasa.

Le 23 novembre prochain, l’agence spatiale américain fera décoller le satellite DART (fléchette en anglais). Destination Dimorphos, une sorte de « petite lune » de 160 m de diamètre gravitant autour d’un astéroïde plus gros (Didymos, 780 m de diamètre). Dix mois après le décollage, DART devrait frapper sa cible, au moment où celle-ci sera au plus près de la Terre (à onze millions de kilomètres, tout de même).

Projeté à une vitesse de 24.000 km/h, le vaisseau n’en détruira pour autant pas l’astéroïde, qui devrait juste subir « un petit coup », a expliqué Nancy Chabot, du laboratoire de physique appliquée de l’université Johns Hopkins. L’objectif de la Nasa est d’étudier comment l’impact va modifier l’orbite du petit astéroïde autour du gros.

Risques de collision très limités

« Si un jour un astéroïde est découvert sur une trajectoire de collision avec la Terre […] nous aurons une idée de la force dont nous aurons besoin pour que cet astéroïde manque la Terre », a précisé Andy Cheng, de l’université Johns Hopkins. Pour la Nasa, le but est d’anticiper au maximum. « La stratégie est de trouver ces objets non seulement des années, mais des décennies avant tout danger de collision avec la Terre », a continué Andy Cheng. Le coût total de la mission est de 330 millions de dollars.

Environ 27.000 astéroïdes proches de notre planète sont connus à l’heure actuelle. Selon la Nasa, l’astéroïde Bennu, qui mesure 500 mètres de diamètre, est l’un des deux astéroïdes identifiés de notre système solaire posant le plus de risque pour la Terre. Un risque fort limité cependant : la probabilité d’une collision d’ici 2300 est estimée à 0,057%.

(A.P., avec AFP)

Sur le même sujet
Plus d'actualité