France: grosse pétition contre la "mise à mort" d’un "puma" en fuite

Le grand félin, dont l’espèce n’a pas été confirmée par les autorités, reste introuvable après plusieurs jours de cavale. Les circonstances de sa fuite restent mystérieuses.

France: grosse pétition contre la «mise à mort» d’un «puma» en fuite
@BelgaImage

Depuis le 13 octobre dernier, les habitants de la région d’Auxi-le-Château, dans le Pas-de-Calais, sont aux aguets. Un grand félin exotique, sorti de nulle part, rôde dans les parages et a été aperçu plusieurs fois. Apparu comme par magie, il suscite la crainte de la préfecture qui a donné le feu vert pour qu’il soit abattu. Une décision intolérable pour des citoyens qui ont lancé une pétition pour sauver ce qui est identifié comme un puma sur base de certains témoignages. D’heure en heure, le nombre de signataire ne cesse de se multiplier.

Des chiffres qui montent vite

Lancée il y a deux jours sur le site Change.org, la pétition avait déjà récolté ce lundi matin plus de 13.000 soutiens. En début de soirée, la barre des 30.000 a été atteinte. L’initiateur de cet appel s’indigne de la décision du préfet du Pas-de-Calais et note à propos de ce «puma»: «Nous ne savons pas encore comment se terminera cette histoire, mais il est certain que si ce dernier est mis à mort malgré le fait qu’il n’y a eu aucune attaque quelconque, le préfet devra rendre des comptes auprès des associations protectrices des animaux».

Samedi dernier, la préfecture avait décidé «d’autoriser sur l’ensemble des communes de l’arrondissement d’Arras, des opérations de tir de prélèvement simple d’un animal pouvant être un grand félin ou un fauve, mâle ou femelle, jusqu’au 29 octobre». Autrement dit, le préfet fait appel aux «lieutenants de louveterie», des collaborateurs bénévoles de l’administration, pour tuer ce qui pourrait donc être un puma. Les autorités ajoutent que «la divagation d’un tel animal peut s’avérer dangereuse pour les populations situées aux alentours».

«Si on peut le capturer vivant, on le fera», tempère toutefois la préfecture interrogée par France Bleu Nord, même si la tâche s’annonce compliquée. «En réalité, c’est impossible d’endormir cet animal. Selon le vétérinaire, il faut pouvoir lui loger une seringue hypodermique, ça implique un tir à 20 mètres maximum de l’animal. Personne ne sait faire ça sur un fauve dont on ne connait pas le tempérament, et évidemment ça ne nous semble pas raisonnable» estiment les services du préfet questionnés par France 3 Hauts-de-France.

Un félin amené illégalement en France?

Personne ne sait pour l’instant comment ce grand félin a pu se retrouver là, vu qu’aucun cirque ou zoo n’est présent dans la région et qu’aucune disparition du genre n’a été déplorée, comme le confirment les autorités. «La seule hypothèse plausible, c’est qu’il appartenait à quelqu’un qui le détenait de façon illicite. Et que ce dernier l’a laissé partir, voire qu’il l’a lâché», confirme à LCI Henry Dejonghe, maire d’Auxi-le-Château.

Les recherches sont toujours infructueuses et l’attente crée une certaine de paranoïa. Ce dimanche par exemple, une alerte a été donnée à Ligny, un village voisin. Finalement, il s’est avéré que l’animal détecté n’était qu’un gros chat. «Le terrain est compliqué et très vallonné et boisé. Ensuite, ce sont des animaux très difficiles à voir. Ils sont très malins», explique à LCI Daniel Roger, garde-chasseur à Auxi-le-Château (Pas-de-Calais). «On estime que c’est un animal qui ne craint pas l’homme et ne fuit pas les habitations», a également souligné la gendarmerie, comme le relaye l’Obs. À l’heure actuelle, le périmètre de recherche se concentre sur un territoire de plusieurs communes situées à peu près à mi-chemin entre Arras et Le Touquet.

Sur le même sujet
Plus d'actualité