Vers un black-out électronique à la " Blade Runner 2049 "?

Les semi-conducteurs essentiels au fonctionnement de tout appareil connecté font l'objet d'une bataille géopolitique mondiale. Les effets de leur pénurie sur notre quotidien commencent déjà à se faire sentir.

Vers un black-out électronique à la « Blade Runner 2049 »?
DR

Notre monde ressemble étrangement et de plus en plus à celui de « Blade Runner ». Le film de Ridley Scott, sorti en 1982, dépeignait une société post-industrielle chaotique, entre intelligence artificielle et humanité en péril dans des mégalopoles croulantes. La suite de Denis Villeneuve, sortie il y a trois ans sous le titre « Blade Runner 2049 » laissait entrevoir la manière dont cette société avait chuté. On y pointait deux causes principales : des catastrophes naturelles et un black-out électronique au niveau mondial.

Les effets du changement climatique sont déjà visibles. Certains ont pointé l’étrange similitude entre l’esthétique de « Blade Runner 2049 » et la Californie en proie aux incendies de forêt en 2020. Reste à voir les effets de la pénurie de semi-conducteurs, ces puces électroniques essentielles à tout objet connecté, à laquelle fait face le monde depuis près de six mois.

De quoi s’agit-il ?

Les semi-conducteurs sont ces puces électroniques qui font fonctionner nos appareils dits « smart ». Et aujourd’hui, c’est peu dire que tout est « smart ». Tout est électronique. Téléphones, ordinateurs, TV, électroménagers, voitures et toutes sortes de services (banques, santé, administration…) fonctionnent grâce aux puces électroniques.

Or, celles-ci sont difficiles à fabriquer. Ou, du moins, le chemin est long et pénible entre la matière première, soit un tas de sable, source de silicium et des circuits électroniques intégrés. Gravure, nettoyage, traçage des circuits, fabrication des transistors qui contrôlent le flux électronique… C’est un travail d’orfèvre élaboré avec patience et savoir-faire, d’autant plus que ces puces sont toujours plus petites et leur gravure plus fine.

Belga

L’Europe à la traîne

Dans les années 90, l’Europe était encore à la pointe avec 44% de capacité de production mondiale de semi-conducteurs, derrière les Etats-Unis mais devant le Japon. Aujourd’hui, les choses ont changé. La chaîne de production se fait en Asie. Ce qui permet aux grandes entreprises occidentales de se focaliser sur la conception de ces circuits.

Résultat : l’Europe ne pèse plus que pour 10% de capacité de production mondiale. Ses entreprises, NXP Semiconductors (Pays-Bas), Bosch et Infineon Technologies (Allemagne), STMicroelectronics (France et Italie), ont certes conservé une partie de leur ligne de production, mais celle-ci est largement insuffisante par rapport à la demande mondiale. D’autant que leurs puces sont amenées avant tout à équiper les voitures européennes – en somme, il ne s’agit pas de puces dernier cri.

Belga

Le marché automobile s’écroule

En septembre, le nombre de voitures vendues en Europe est retombée à son niveau de 1995. Alors que la vente de véhicules était croissante depuis au moins vingt-cinq ans, elle a connu une chute vertigineuse de 23,1% par rapport à septembre 2020. Cela est dû principalement à la pénurie de semi-conducteurs qui empêche de maintenir à niveau la production de nouveaux véhicules.

Les puces électroniques sont en effet de plus en plus présentes dans nos véhicules : airbags, moteurs ABS, assistance… Bref, tout ce qui fait de nos voitures des K2000 en puissance. Pourtant, sur l’année 2021, les chiffres étaient toujours en hausse. Mais le mois de septembre marque un arrêt net de cette dynamique. Or, le secteur automobile est le fer de lance de l’économie européenne. Si celui-ci tousse, c’est l’Europe qui s’enrhume.

Belga

Réindustrialiser l’Europe

Le fait est que l’Europe est un continent dépendant de l’extérieur. Que ce soit pour l’énergie ou pour ces puces électroniques. La machine de la mondialisation a été grippée par la pandémie de Covid-19. Les effets s’en font sentir aujourd’hui au niveau de la flambée du prix de l’énergie, mais aussi de la capacité de production européenne. Qu’adviendra-t-il si les pénuries perdurent ? Une inflation record doublée d’une panne électronique ? Un monde à la « Blade Runner 2049 » ?

C’est la raison pour laquelle le président français Emmanuel Macron a prôné la réindustrialisation de la France – et de l’Europe – dans son plan « France 2030 ». Il a notamment promis 6 milliards d’euros à la filière des semi-conducteurs afin de doubler la production française de ces composants électroniques et de sécuriser son approvisionnement. Mais c’est loin d’être suffisant pour assurer l’indépendance de l’Europe en matière électronique.

Et si toute cette affaire nous montrait notre dépendance envers les appareils électroniques ? « Blade Runner 2049 », un film de science-fiction ? Vraiment ?

Sur le même sujet
Plus d'actualité