Où la peine de mort est-elle encore appliquée dans le monde?

Plusieurs dizaines d’États appliquent actuellement la peine capitale et ces 20 dernières années, leur nombre n’a quasiment pas changé.

Où la peine de mort est-elle encore appliquée dans le monde?
Chambre d’exécution dans la prison de Lucasville, dans l’Ohio @BelgaImage

À l’occasion de la 19e Journée contre la peine de mort, la Belgique a rappelé ce dimanche sa détermination à promouvoir l’abolition universelle de ce type de condamnation. Une déclaration qui suit de peu l’adoption au Conseil des Droits de l’Homme d’une nouvelle résolution appelant «les pays qui n’ont pas encore aboli la peine de mort à garantir la transparence dans l’imposition et l’exécution de cette peine» et incitant «les pays qui procèdent encore à des exécutions secrètes à mettre fin à cette pratique». Mais force est de constater que ces dernières années, les progrès en la matière sont mitigés, tant les États pratiquant toujours la peine de mort restent attachés à cette pratique.

Des progrès surtout marqués entre 1980 et 2000

Sur les 195 pays indépendants de par le monde, 107 ont aboli la peine capitale de jure, c’est-à-dire en l’inscrivant dans une loi. Leur nombre n’a commencé à augmenter qu’à la fin des années 1970 et n’a cessé de grimper depuis. Ils sont aujourd’hui quatre fois plus nombreux qu’il y a 40 ans. En Belgique, l’abolition a par exemple été adoptée en 1996, même si la dernière exécution date de 1950 (celle du SS allemand Philipp Schmitt, commandant du fort de Breendonk). En France, l’équivalent est la loi Badinter de 1981. La dernière peine capitale française date quant à elle de 1977. Un Tunisien du nom de Hamida Djandoubi avait alors été guillotiné à la prison des Baumettes de Marseille pour la torture et le meurtre de son ancienne compagne âgée de 21 ans.

Cela pourrait sembler encourageant mais en réalité, ça ne l’est qu’à moitié. Des années 1970 aux environs de l’année 2000, il y a eu en effet une réduction drastique du nombre de pays pratiquant la peine de mort. Fin des années 1980, pour la première fois, moins de 50% des États du monde procédaient à ce genre de condamnation. Mais depuis le début des années 2000, presque plus aucun progrès n’a été fait en la matière. Des 61 pays pratiquant encore la peine capitale en 2001, il en reste 54 aujourd’hui.

Le pays ayant le plus souvent recours à la peine de mort, c’est la Chine (plusieurs milliers d’exécutions par an selon Amnesty International, même si les statistiques officielles restent secrètes). Beaucoup de pays musulmans la pratiquent mais pas tous (la Turquie l’a par exemple totalement abolie) et on trouve aussi plusieurs pays démocratiques comme l’exemple bien connu des USA ou encore celui du Japon. En Europe, il ne reste plus qu’un État appliquant la peine de mort, la Biélorussie (si on excepte les républiques autoproclamées de l’est de l’Ukraine).

Ceux qui restent dans un entre-deux

Il y a aussi toute une série de pays qui ont seulement aboli de facto la peine de mort, c’est-à-dire qui n’ont procédé à aucun exécution ces dix dernières années et qui ont de toute évidence abandonné cette pratique, même sans formuler cette règle dans une loi. 27 pays sont dans cette situation, dont un en Europe, la Russie. Le reste se trouve surtout en Afrique et un peu en Asie.

Pour terminer, sept pays ont formellement aboli la peine de mort sauf pour des crimes considérés comme exceptionnels. Parmi ceux-ci, on trouve le Brésil, Israël le Pérou et le Chili. Dans ces États, la dernière exécution date respectivement de 1876, 1962, 1979 et 1985. On y trouve aussi le Burkina Faso, le Salvador et le Guatemala (ainsi que l’État non officiellement reconnu de Chypre du Nord).

Sur le même sujet
Plus d'actualité