Fan de karaoké, le président sud-coréen chante pour Joe Biden à la Maison Blanche

Encouragé par le président américain, Yoon Suk Yeol a poussé la chansonnette sur du Don McLean.

Joe Biden et Yoon Suk Yeol
Joe Biden et Yoon Suk Yeol ©Belga

Du nucléaire au karaoké: le président sud-coréen Yoon Suk Yeol a conclu mercredi sa visite à la Maison Blanche par quelques vocalises, qui n'ont pas manqué de susciter l'admiration de son homologue américain, Joe Biden.

Nos dernières vidéos
La lecture de votre article continue ci-dessous

Lors d'un dîner en son honneur, après des discussions bilatérales bien plus sérieuses promettant, entre autres, la "fin" du régime nord-coréen en cas d'attaque nucléaire contre des alliés des États-Unis, M. Yoon a partagé sa passion pour la musique américaine. "Nous savons que c'est l'une de vos chansons préférées, +American Pie+", lance alors Joe Biden, en emmenant son invité sur scène pour écouter de plus près des artistes jouant cette ballade de Don McLean.

"Oui, c'est vrai", répond Yoon Suk Yeol, connu en Corée du Sud pour être un mordu de karaoké, en reconnaissant être fan de ce titre depuis sa sortie en 1971, quand il était encore à l'école.
"Nous voulons vous entendre la chanter", tente alors son hôte américain. M. Yoon n'offre pas vraiment de résistance et prend le micro: "Cela fait longtemps mais...". Il aligne les premières paroles a capella. Le public applaudit, Joe Biden et la Première Dame sont ravis.

"Au prochain dîner d'État que nous aurons, c'est vous qui vous chargerez de l'animation", s'amuse le président américain. "Je n'avais aucune foutue idée que vous pouviez chanter". Après sa performance, M. Yoon s'est vu offrir par son homologue une guitare envoyée et signée par Don McLean, qui n'a pas pu se joindre au dîner.

Ce n'est pas la première fois que Yoon Suk Yeol chante en public. En pleine campagne présidentielle 2021, il avait fait une apparition dans la célèbre émission sud-coréenne "All the Butlers", suscitant l'admiration du plateau avec son interprétation de "No one else", de Lee Seung-chul.

Débat
Sur le même sujet
Plus d'actualité