Pourquoi même des adultes confondent encore la gauche et la droite ?

Distinguer sa droite de sa gauche est peut-être l’une des premières choses que l’on apprend en maternelle. Et si la grande majorité y arrive naturellement, pour une personne sur six, le procédé est encore malaisé.

mains
© Unsplash

C’est ce qu’il ressort d’une enquête de la BBC. Selon le média britannique, le simple fait de distinguer sa droite de sa gauche n’est en réalité pas si facile que ça. Et 1 personne sur 6 éprouve encore des difficultés à y parvenir.

Cette distinction repose sur plusieurs processus mentaux plus complexes qu’il n’y parait. Et face auxquels, nous ne sommes pas tous égaux. Que ce soit au niveau de notre mémoire, que de nos représentations spatiales ou encore les rotations mentales, tous ces procédés ne sont pas aussi aisés pour certains que pour d’autre.

Un procédé en étapes

Du moins c’est ce qu’avance Gerard Gormley, médecin et chercheur à l’Université Queen’s en Irlande, à Belfast. «Pour certaines personnes c'est inné, explique-t-il. Pour d'autres, c'est tout un processus. D'abord: vous devez vous orienter de droite à gauche en vous-même.»

À lire aussi : Pourquoi vos gueules de bois empirent avec l'âge

L’étape d’après ? Déterminer la gauche et la droite de quelqu’un d’autre. Et là aussi, le bât peut blesser. Pour y arriver, l’idée est de réussir à se tourner mentalement afin de faire face à la même direction que la personne. Et cette translation spatiale n’est pas toujours aisée.

«Cette idée de faire tourner mentalement l'objet ajoute un degré supplémentaire de complexité», explique le chercheur.

Une histoire de symétrie ?

Pour le chercheur, la raison de cette confusion relèverait de la taille des hémisphères de nos cerveaux. «Si un côté de votre cerveau est légèrement plus grand que l'autre, vous avez tendance à avoir une meilleure distinction droite-gauche», avance-t-il.

À lire aussi : Pourquoi les chemises des femmes ne se boutonnent-elles pas du même côté que celles des hommes ?

D’autres études semblent également démontrer que plus l’asymétrie est grande, plus il est aisé de distinguer sa gauche de sa droite. Par exemple, une personne avec une main fortement dominante ou un pied d’appui très marqué aura plus facile de s’y retrouver.

En attendant, si comme l’auteur de ces lignes vous avez du mal à distinguer votre gauche de votre droite, haut les cœurs ! Rien n’est perdu, et rassurez-vous, vous êtes loin d’être les seuls.

Sur le même sujet
Plus d'actualité