Le congé de paternité passe à 20 jours en 2023: «En 2029, nous espérerons que cela va atteindre… 15 semaines!»

Le congé de paternité augmente cette année. Mais on reste bien inférieur à l'Espagne par exemple.

un père en congé parental
© Adobe Stock

Pour la Ligue des Familles, ce n'est toujours pas suffisant. En cette année 2023, les jeunes papas pourront désormais bénéficier de 20 jours ouvrables de congé de paternité. Entre 2021 et 2022, il était passé à 15 tandis qu'il était à 10 auparavant. "En Belgique, il a fallu 20 ans pour que le congé de paternité soit de 20 jours", commence Lola Galer, chargée d’études à la Ligue des familles, sur la Première. "Nous demandons que, d’ici au moins 2029, les parents puissent jouir de 15 semaines."

Un chiffre qui paraît très élevé lorsque l'on observe la norme dans notre pays. Mais pas tellement si l'on compare avec ce qui se fait à l'étranger. En Espagne par exemple, le congé paternité dure 16 semaines. "On ne demande pas que le congé de paternité soit allongé à 15 semaines d’ici demain", poursuit-elle. "On demande un allongement d’une semaine tous les ans d’ici 2029. On voit par exemple que l’Espagne l’a fait en seulement quatre ans, donc ce sont clairement des politiques familiales qui sont possibles."

L'autre question est de savoir combien coûte une telle mesure. "L’allongement à 20 jours du congé de paternité a été chiffré à 74 millions d’euros. Maintenant, le gouvernement l’a fait, donc ça veut dire que c’est possible, mais c’est aussi parce qu’il y a de nombreux avantages."

À lire aussi : Pourquoi le congé de paternité est un véritable enjeu de société

Pour la Ligue des familles, investir dans la petite enfance et dans des politiques familiales précoces rapporte de l'argent sur le long terme. "Les femmes sont moins en incapacité de travailler après leur grossesse, et donc ça rapporte quand même pas mal d’argent puisque les incapacités de travail coûtent très cher. Les études montrent qu’avant la naissance de l’enfant, les parents sont plus ou moins sur un même pied d’égalité, par exemple au niveau salaire, et qu’au moment de la naissance de l’enfant se cristallisent les inégalités de genre."

Le prochain cheval de bataille de la Ligue des familles sera de rendre ce congé obligatoire. Actuellement, les employés et les indépendants y ont droit. "Aujourd’hui, les craintes liées au monde professionnel restent très importantes et restent un obstacle au fait que les pères et les coparents ne prennent pas de congé de paternité."

Dans son baromètre 2022, Ligue des Familles constatait que 26% des pères et des coparents expliquent ne pas prendre de congé à cause des craintes liées à leur profession. "C’est énorme. On demande que le congé de paternité soit obligatoire, pas pour faire peser une contrainte sur les pères mais pour permettre à tous les pères de prendre ce congé de paternité et que ce ne soit plus une négociation au sein de l’entreprise."

Sur le même sujet
Plus d'actualité