Confinement : un retard de développement chez les " bébés Covid "?

Le développement des bébés nés pendant la pandémie a-t-il été différent de celui des autres enfants? Des chercheurs ont étudié la question.

Des chercheurs ont étudié l'impact du confinement sur le développement des bébés
Des chercheurs ont étudié l’impact du confinement sur le développement des bébés © Belga Image

Les bébés nés pendant la pandémie connaissent-ils un développement différent à celui des bébés nés avant 2020 ? Différentes étapes rythment l’évolution d’un enfant et selon les données les plus récentes, les " bébés covid " auraient franchi certaines étapes moins rapidement que les autres.

Les restrictions des confinements ont mis fin à de nombreuses activités sociales. Les tout-petits n’ont donc pas pu participer à des sorties de groupe ou encore faire des câlins à leurs grands-parents. Dès lors, de nombreux parents et psychologues se sont demandé quel impact un tel isolement pouvait avoir sur le développement social des bébés.

309 bébés étudiés

La neurologue pédiatrique Susan Byrne, du Royal College of Surgeons en Irlande, s’est intéressée à la question dans une étude qui a suivi le développement de pas moins de 309 enfants nés entre mars et mai 2020 : " En Irlande, au cours des six premiers mois de confinement, les familles n’étaient en contact qu’avec quatre autres personnes en dehors de leur foyer en moyenne. A 12 mois, un bébé sur quatre n’avait pas rencontré un autre enfant de son âge", explique-t-elle à The Guardian.

Pour étudier l’impact de cet isolement sur le développement des bébés, les chercheurs ont demandé aux parents d’évaluer leur capacité à ramper, ramasser des petits objets, exprimer au moins un mot défini et significatif, et d’autres étapes du développement de l’enfant.

" Plus lents à franchir la plupart des étapes de la vie "

Selon les résultats de l’étude, les enfants étudiés seraient plus " lents à franchir la plupart des étapes de la vie ". Le confinement aurait eu un effet faible mais mesurable sur les compétences de communication, notamment. Par exemple, 94,5% des bébés nés avant 2020 étaient capables de dire au revoir avant l’âge de 12 mois. Les " bébés covid ", eux, étaient 88%. " C’est intéressant, car beaucoup de ces bébés étaient à la maison et ne voyaient pas beaucoup de gens partir, ce qui signifie qu’il n’y aurait eu personne à qui dire au revoir ", a déclaré le Dr. Susan Byrne au Guardian.

La chercheuse rassure toutefois les parents : les différences qui ressortent de l’étude sont minimes et il est possible d’aider les tout-petits à rattraper leur retard. En lisant et en discutant avec eux par exemple. " Les bébés sont curieux par nature et il est très probable qu’avec l’augmentation des cercles sociaux, leurs compétences en communication sociale s’amélioreront ".

 

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité