Quand l’infidélité reste cachée : "Si le secret éclatait aujourd’hui, on m’en voudrait de l’avoir remué"

Papa trompe maman. Ou l’inverse. Ce secret des plus récurrents, jamais bien gardé, souvent exposé, impacte et laisse des traces tant dans le cercle restreint que pour la famille élargie.

des amants cachent leur infidélité
© Unsplash

Enfant, Bertrand déménageait tous les trois ou quatre ans. Son père disait devoir bouger pour développer sa ­clientèle. En réalité, c’était sa mère qui voulait recommencer une vie ailleurs, fatiguée que son mari ne la trompe à répétition. À douze ans, Lila découvre des messages compromettants sur le téléphone de sa maman: elle a plusieurs amants. Le cocon familial éclate. Lors des funérailles de son oncle, Rita se rend compte qu’une autre famille que la sienne reçoit des condoléances, et tout le monde ferme les yeux. Dans la plupart des familles élargies, des récits similaires d’infidélités et de tromperies refont rapidement surface lorsqu’on évoque les secrets. Pas vraiment étonnant quand on sait qu’en France, en 2021, presque une personne sur deux admettait avoir été infidèle au moins une fois dans sa vie: 38 % des femmes, 58 % des hommes. Si l’on en parle ouvertement aujourd’hui, et si les concepts de “couple libre” ou de “polyamour” sont plus largement répandus, la tromperie reste majoritairement un secret que l’on essaie de bien garder. Mais il finit presque toujours par éclater. Rarement sans conséquences.

J’avais 19 ans. Mes parents ont annoncé un nouveau déménagement, et j’ai réalisé que ça n’avait aucun sens, se souvient Bertrand. La Belgique n’est pas si grande, mon père pouvait faire la navette. Des souvenirs ont refait surface, des indices, des conversations entre mes parents… J’ai fini par comprendre, un peu après mon frère et ma sœur.” Les enfants sont aujourd’hui parfaitement au courant des infidélités de leur père, mais le sujet n’est jamais abordé en famille. Leur mère n’a jamais quitté son mari. “Je ne sais pas trop pourquoi”, avoue le fils. “De nombreuses personnes sentent ou savent qu’elles sont trompées, mais ne disent rien car elles ont un intérêt à maintenir la relation, analyse Évelyne Fournier-Meissirel, médiatrice et psychothérapeute. On peut vouloir garder l’apparence sociétale du mariage, par exemple. Ou bien on aime vraiment l’autre mais on n’est pas prêt à faire face à la tromperie ni à faire des efforts pour la surmonter.

Jamais de bon moment

Parfois réel, parfois de Polichinelle, le secret de la tromperie est récurrent. Car s’il est exposé, ce sont les fondations de toute une famille qui risquent de s’écrouler. Ainsi, Didier ne se résout pas à dévoiler à sa famille ce qu’il pense avoir découvert. “Ma grand-mère m’a dit un jour qu’elle aurait voulu appeler mon oncle “Pierre, comme son galant”, et que mon grand-père n’avait pas voulu… On disait d’ailleurs de lui qu’il n’était pas affectueux avec son fils, et qu’ils n’avaient aucune ressemblance… Je me demande donc si mon oncle est bien le fils de mon grand-père, avoue-t-il. Mais ça, je ne le dirai jamais. Je n’en ­parlerai jamais à ma mère ni à mon oncle. Ça ne me concerne pas, ce n’est pas ma vie et je n’ai aucune preuve. Je ne veux pas bousculer un ordre établi. Si le secret éclatait aujourd’hui, on m’en voudrait de l’avoir remué.

Il est difficile de révéler l’infidélité, surtout l’existence d’autres enfants, confirme la psychothérapeute. Cela va entraîner une rupture et mettre en péril tout ce qui a été construit dans le couple ou avec les premiers enfants. Les personnes qui posent un acte de cet ordre attendent toujours le “bon moment” pour le dire, mais il n’y a jamais de bon moment. Et quand cela se révèle lors des successions, c’est tout aussi violent.” Ainsi, Denise a eu la (mauvaise) surprise de voir débarquer chez elle une jeune fille se demandant pourquoi les versements d’argent mensuels que lui envoyait son père avaient cessé. Le mari de Denise était mort quelques semaines plus tôt, sans qu’elle ne se doute un seul instant que celui-ci avait plusieurs enfants à charge. Avait-il encore des contacts avec la maman? Quel genre de relation entretenait-il avec ses enfants? Denise n’a jamais cherché à le savoir, se contentant de refermer la porte.

La tante de Rita, elle, n’a jamais rien su de l’infidélité de son mari, démasquée lors des funérailles. “Je ne pense pas qu’elle s’en soit rendu compte, elle était très naïve. En tout cas elle a encore vécu plusieurs années, elle n’a jamais évoqué la chose. Peut-être qu’elle ne voulait pas l’admettre ou le croire. En fait, on a découvert ça et puis on n’avait pas trop envie de gratter plus loin. Je n’en ai jamais parlé à mes cousines non plus.” Comment, quand toutes les preuves s’accumulent, peut-on encore se voiler la face? Pour Évelyne Fournier-Meissirel, une forme d’inconscient entre en jeu, cultivant un secret qui n’en est plus vraiment un. “Il y a parfois des choses qui se passent et que la famille ou le couple entretient de manière inconsciente parce que les enjeux sont trop importants.

Une trace indélébile

Mais même non révélé, le secret continue d’agir secrètement. Et ses effets sont réels. “Des personnes, même tierces au secret, continuent à en être marquées. Ça reste dans les cellules, ça (ré)active certains traumatismes. La réaction peut donc être exponentielle”, ajoute la psychologue. En fonction de la personne avec laquelle se joue la tromperie, en fonction du moment où elle se passe et de l’histoire personnelle du trompé et de son entourage, les conséquences psychologiques peuvent être très différentes d’une personne à l’autre. Pour Lila ou Bertrand, comme pour de nombreux autres enfants ayant appris la tromperie d’un de leurs parents, il restera toujours en eux une trace de ce secret éventré. “Ça m’a marqué, avoue ce dernier. J’ai dû aller voir un psychologue. Les secrets, les tabous, c’est débile. Ça ne sert à rien. Ça fait du mal à tout le monde. Je trouve qu’aujourd’hui ma mère est malheureuse même si elle dit le contraire. Si, à l’époque, son entourage avait su son état qui la poussait à déménager, peut-être que quelqu’un l’aurait raisonnée. Alors j’ai décidé de ne pas avoir de tabou dans ma vie. On doit assumer les conséquences de ses actes. Cacher les choses n’arrange rien.

Sur le même sujet
Plus d'actualité