L’été endort-il le cerveau de nos enfants ?

Vacances, j'oublie tout ! Et si cela s'entendait au premier degré ? Depuis un siècle, des chercheurs universitaires ont remarqué que les élèves perdaient leurs acquis scolaires durant l'été, principalement en maths et en orthographe. Est-ce grave, docteur ?

L’été endort-il le cerveau de nos enfants ?
Belga

Période estivale, période de relâche. Et plus dure sera la rentrée ? C’est ce que pensent les chercheurs. Le premier est un certain William White, professeur de maths à New York au début du XXe siècle. Il avait remarqué que, pour un même test, ses élèves faisaient beaucoup plus de fautes en revenant de vacances scolaires qu’avant l’été. C’est le premier à avoir théorisé la perte des acquis scolaires en période estivale et les effets négatifs d’une longue pause sur l’apprentissage. Selon lui, " les notions les moins vitales sont les plus vite oubliées ".

Perte d’un mois d’apprentissage

Dans les années 1990, différentes études ont considéré qu’au cours de l’été, les élèves perdent l’équivalent d’un mois d’apprentissage, particulièrement dans des matières cérébrales comme les maths et l’orthographe. Les plus touchés par ces difficultés étaient les enfants handicapés, ceux dont la langue maternelle était différente de la langue enseignée et ceux vivant dans la pauvreté.

Plus proche de nous, une nouvelle recherche dit que les élèves qui perdent le plus de connaissances durant l’été sont ceux qui ont fait le plus de progrès juste avant. Cela impliquerait que l’apprentissage accumulé n’était pas consolidé, mais destiné à passer les examens… Après quoi, pourquoi s’en soucier ?

L’été, une opportunité

Toutes ces recherches posent la question de la réorganisation de l’année scolaire. Mais ce n’est pas pour cela que la Ministre de l’Education Caroline Désir a chamboulé le calendrier. D’ailleurs, ça ne colle pas. Ce n’est pas parce que les Américains vont plus longtemps à l’école que les Irlandais qu’ils sont meilleurs. Selon PISA, les élèves irlandais surpassent de dix points leurs pairs d’outre-Atlantique en maths, sciences et lecture.

Reste à savoir ce qu’il faut faire de ses vacances pour garder ses enfants alertes. Eh bien, en réalité, l’été peut être une bonne occasion pour stimuler intellectuellement de ces jeunes têtes blondes : elles lâcheront plus facilement leurs écrans pour un livre, être en interaction avec les " grands ", jouer à des jeux de société, cartes ou autres qui stimulent le cerveau, visiter des musées, découvrir d’autres contrées, la nature, la faune et la flore… A y regarder de plus près, l’été est l’occasion d’ouvrir l’esprit sur le monde.

Sur le même sujet
Plus d'actualité