Chacun son secret (3/4): "Mes parents ont hérité de défenses d’éléphant"

Certaines familles cachent des souvenirs terribles, surprenants ou encore difficiles à assumer. Voici celui de Charles, troisième témoin de notre série "Chacun son secret".

éléphant
© Adobe Stock

"Elles ont toujours été posées sans ­complexe sur la cheminée de mes grands-parents. Du moins, c’est l’impression que j’avais. Elle a changé après leur décès. Mes parents ont hérité de ces défenses d’éléphant et les ont à leur tour placées sur la cheminée. Je devais avoir 10 ans et ils m’ont expliqué que je ne pouvais pas en parler. J’ai été dérouté à l’époque, car ce n’était pour moi qu’un élément de décoration dont je n’aurais probablement jamais parlé. Plus tard, mon père m’a expliqué que mon grand-père les avait récupérées à l’époque du Congo belge et qu’il ne possédait pas de permis de détention. Depuis je me suis renseigné: il est illégal de posséder des objets en ivoire sans ­certificat, on est censé les rendre à l’État. Il y avait toujours ce petit jeu lorsque des invités venaient à la maison, hormis la famille et les amis ­proches qui étaient au courant. Mon père cachait les défenses dans son bureau. À une époque, j’avais envie de ne parler que de ça. Je l’ai fait une fois. En vacances, un garçon de l’hôtel portait un collier en fausses dents de requin et faisait le malin. Je lui ai dit que moi j’avais de vraies défenses d’éléphant. Ça n’a eu aucune ­conséquence, mais j’ai culpabilisé longtemps. J’ai toujours été introverti. Peut-être que ce secret y est pour quelque chose. Depuis ma thérapie, j’accepte le fait que je ne suis pas responsable de ce secret. Je ne vis plus chez mes parents et je refuse désormais de jouer ce petit jeu."

Retrouvez notre dossier de la semaine Secrets de famille

Sur le même sujet
Plus d'actualité