Pas d’école: quelles solutions pour les parents ?

À partir du 20 décembre, les enfants de maternelle et de primaire devront rester à la maison, a décidé le Codeco. Chômage temporaire, congés… Voici quelques pistes pour assurer leur garde.

enfants garde parents écoles famille comité concertation
©BELGAIMAGE

Les maternelles et les primaires à la maison, une semaine avant Noël… Présentée comme une manière de casser la courbe des contaminations, la mesure adoptée vendredi par le Comité de concertation a fait sursauter certains experts. Du côté des plus jeunes, par contre, on aura accueilli la perspective de cinq jours de vacances supplémentaires avec beaucoup plus d’enthousiasme.

Pour les parents au travail la semaine du 20 décembre, il va falloir s’organiser, comme souvent depuis le début de la pandémie. La solution la plus facile restera bien sûr de solliciter l’aide d’un proche ou d’un grand-parent, tout en gardant à l’esprit les risques de contamination des personnes âgées. Les établissements scolaires devraient organiser un accueil pour les enfants des parents sans solution de garde, notamment pour le personnel des soins de santé. La Fédération Wallonie-Bruxelles doit cependant encore communiquer là-dessus.

Le chômage temporaire bientôt prolongé ?

Sinon, d’autres options sont à envisager. Celle des congés, bien sûr, si le salarié a encore la possibilité d’en prendre ou s’il peut les décaler, avec l’accord de l’employeur. Les salariés ont également accès au chômage temporaire pour force majeure. Covid oblige, l’Onem a prévu une formule simplifiée jusqu’au 31 décembre 2021. Avant même le Codeco, le ministre fédéral de l’économie, Pierre-Yves Dermagne (PS), a proposé la prolongation de 3 mois de chômage temporaire pour les parents confrontés à des problèmes de garde.

Pour rappel, peuvent être mis au chômage temporaire les travailleurs qui doivent rester à domicile en raison d’une quarantaine (pour eux ou pour leur enfant), ainsi que les travailleurs qui doivent s’absenter du travail pour la garde d’un enfant à la suite de la fermeture de la crèche ou de l’école. Est alors versée une allocation de chômage, correspondant à 70% du salaire et majorée de 5,74 euros par jour.

Et pour les fonctionnaires?

Ce montant avait été jugé trop chiche pour les bourses les plus serrées durant les précédents confinements. La Ligue des familles a donc demandé que l’allocation soit renforcée afin d’aider les familles précarisées. La Ligue appelle également les pouvoirs publics à mettre en place un dispositif de congé pour les fonctionnaires qui doivent s’occuper de leurs enfants ; ceux-ci ne peuvent en effet pas bénéficier du chômage temporaire, du fait de leur statut.

Les indépendants pourront eux se tourner vers le droit passerelle de quarantaine. En théorie, celui-ci est d’application jusqu’à la fin 2021. Il devrait cependant être aussi prolongé. Enfin, pour la suite des vacances de Noël, la Ligue des familles souhaite le maintien des stages prévus, qui sont également une autre solution de garde pour les parents.

Sur le même sujet
Plus d'actualité