Qu’est-ce que le Pop-It, le jouet que les enfants s’arrachent ?

Après les hand spinners, le nouveau gadget à la mode chez les enfants est le "Pop-It", une plaque de silicone recouverte de bulles à "péter" qui fait fureur sur Youtube et TikTok.

Des bulles à percer à l'infini. (Crédit: Photoshot)

L’influence de TikTok et ses stars sur notre société n’est plus à démontrer. Les musiques utilisées pour certains « challenges » squattent les sommets du Top 50, les enfants et pré-ados connaissent les chorégraphies à la mode par cœur… Et maintenant, le réseau social chinois et ses courts clips vidéos lancent également des modes côté consommation…

@fidget_toys620

✨pop it✨ #AerieREAL #fyp #GetCrocd #foru #GoForTheHandful #forupage #foryoupage #popit #popitgame #popitcolection #fidget #fidgettoy #fidgettoys #fid

♬ rruy – ★?????????★

Aujourd’hui, s’il y a un objet que les 11-13 ans, et même parfois plus jeunes, veulent tous absolument, c’est le Pop-It. Il serait même aujourd’hui dans le top 10 des jouets les plus vendus en Belgique. De quoi s’imaginer un concept fantastique, offrant des heures de divertissement…

Mais non : le Pop-It c’est un petit rond de silicone de quelques centimètres de diamètre, recouvert de petits dômes sur lesquels on peut appuyer. Un geste qui est sensé relaxer et déstresser, comme s’il s’agissait d’un papier-bulle réutilisable qu’on pourrait percer à l’infini. On en trouve de différentes couleurs, souvent fluos ou criardes, et vu le succès, il en existe désormais de toutes les formes.

Un Pop-It. (Photoshot)

(Crédit: Photoshot)

Difficile de ne pas penser immédiatement aux hand spinners/fidget spinners, la mode de 2017. Pas une marque n’était passée à côté de ce phénomène. On pouvait en acheter aux caisses de tous les magasins, on en recevait gratuitement partout… Tout le monde, enfants et adultes, occupaient leurs doigts en faisant tourner ces petits engins, qui ont finalement totalement disparu 6 mois plus tard.

Easyfotostock

(Crédit: Easyfotostock)

Pas très cher

En cette fin d’année scolaire, on retrouvait des Pop-It dans toutes les cours de récréation. Notamment parce que ça ne coûte que quelques euros, des montants abordables pour les enfants avec un peu d’argent de poche. Mais aussi parce qu’on en retrouve un peu partout, notamment dans les magasins de jouets 

Et sa popularité est donc liée à Internet et ses influenceurs, particulièrement ceux des réseaux sociaux préférés des plus jeunes, TikTok et Youtube, où les vidéos sur le Pop-It sont vues des centaines de milliers de fois, des millions pour certaines. Certaines présentent des façons d’utiliser son Pop-It, d’autres sont simplement de longues vidéos où des doigts « pètent des bulles »…

Comment expliquer un tel succès ? Et bien, comme pour les autocollants Panini, les cartes Pokémon, etc… « De tout temps, dans les cours d’école, cela fonctionnait déjà comme ça. L’enfant le plus populaire venait avec un nouveau jeu avec lequel on avait tous et toutes envie de jouer. Maintenant c’est un peu pareil, d’autant plus avec ces publications promotionnelles soutenues par les réseaux sociaux. Quelque part cela ne quitte plus jamais les enfants. La pression est importante à ce niveau-là pour leur âge », explique Karine Charry, professeure et chercheuse en marketing à l’UCLouvain, dans Le Soir.

Si avant, les enfants a envie de posséder certains jeux pour « faire comme tout le monde », aujourd’hui, ce sentiment est doublé puisqu’Internet enfonce aussi le clou. Si non seulement les copains de l’école ont un Pop-It, mais que les stars de YouTube et TikTok aussi, comment résister ?

Utile quand même

En France, le phénomène est le même. « Le succès a été fulgurant, on a écoulé 30 000 pièces en trois mois, ce qui est considérable. Sur le marché français il s’en est vendu facilement dix fois plus », a raconté Franck Mathais, porte-parole de JouéClub, à Libération. La chaine de magasin a du faire face à une rupture de stock nationale en juin… Le Pop-It séduit tous les enfants français dès 5 ans.

Mais chez nos voisins, certains spécialistes ont trouvé une utilité à cet objet, qui en semble pourtant dénué. Les logopèdes notamment qui s’en servent avec les patients qui bégaient. « On utilise une technique comportementale qui s’appuie sur le renforcement positif. Dès que l’enfant réussit à avoir une parole fluide, il appuie sur une bulle. C’est rigolo et ça porte ses fruits », a expliqué Sarah, orthophoniste qui partage ses conseils sur Instagram, à Libé. 

 

Mais nous voilà déjà en juillet, difficile de savoir si ces fameux gadgets survivront aux deux mois de vacances. Seront-ils dans tous les cartables en septembre ou déjà rangés dans les tiroirs ? Difficile à prévoir. « Ce type de tendance peut retomber du jour au lendemain », prévient Joué Club.
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité