De plus en plus de loups en Wallonie : faut-il s'en réjouir ou s'en inquiéter ?

Une grande victoire pour la biodiversité selon certains, une menace supplémentaire selon d’autres. Le retour du loup dans nos contrées, bonne ou mauvaise chose ?

Retour du loup dans nos régions, bon ou non ?
La population de loup augmente en Belgique, faut-il s’en réjouir ?  © Belga Image

On estime que 24 loups sont désormais installés en Belgique, d’après les titres Sudinfo, ce vendredi. Le réseau Loup Wallon a quant à lui fait le bilan de cette année 2022. Violaine Fichefet s’est exprimée ce matin au micro de la Première. « On estime que 9 loups se sont installés en Belgique et on compte environ 13 loup de passage que l’on a su identifier avant qu’ils ne repartent pour des pays voisins. »

"On juge qu'un territoire tel que la Wallonie peut accueillir 15 à 20 meutes", explique Alain Licoppe, responsable du Réseau loup wallon. Avec les trois meutes pour l’instant identifiées, on est donc encore loin du compte.

A lire aussi: Un nouveau loup durablement installé en région germanophone

Une hausse d’attaques

Et pourtant, l’année dernière les attaques ont augmenté de moitié. « Logique » selon Violaine Fichefet « Notre population de loup augmente. De plus la Belgique est souvent traversée par bon nombres de loups de passage qui vont rejoindre des meutes en Allemagne ou les Pays-Bas. »

Si les attaques ont effectivement augmenté l’an dernier, il parait pertinent de rappeler que le 97% des proies du loup sont des animaux sauvages. Et que les 3% restant sont, malheureusement, souvent des moutons. Mais la Wallonie indemnise les éleveurs victimes d’attaque. Près de 30 000€ ont donc été reversé aux éleveurs victime d’attaque de loup et le budget accordé à ces indemnisations va augmenter  la Wallonie conseille les éleveurs, les indemnises aussi en cas d'attaque près de 30000€ l'année passée. Et le budget pour les indemnisations va augmenter en proportion des attaques.

Un retour qui réjouit

Du côté des associations de protection de la faune et flore, on se réjouit du retour du loup. Considéré comme une avancée positive pour la biodiversité en Belgique, il n’est cependant pas dénué de défis ou d’obstacles. L’image du « grand méchant loup » est difficile à combattre.

"Le loup n'est ni dieu ni diable, le loup est un loup. Une espèce importante pour nos écosystèmes, qui stimule notre imagination, mais qui nous met également au défi de trouver des solutions pour cohabiter. Avec toutes les parties prenantes, nous voulons œuvrer pour une coexistence durable. Ensemble, tout est possible !" rappelle Pepijn T'Hooft, Program Manager chez WWF Belgique.

Une co-existence paisible possible

Ainsi, dans cette idée de collaboration, l’association, en collaboration avec Natuurpunt et Natagora, a mis au point la « Wolf Fencing Team Belgium ». Une initiavie bénévole qui agit pour intégrer et mettre en place des mesures préventives contre les attaques de loup sur le bétail. De plus, elle permet de faire également le lien entre les éleveurs et l’administration belge dans le but de mieux comprendre et de mieux communiquer les besoins de ces derniers.

Dans la même veine, Le réseau Loup Wallon a instauré des formations pour former les éleveurs à la prévention d’attaques de loup et leur transmettre les bons geste et pratiques a adopté. « Les régions occupées par une meute de loup le seront au moins pour les 20 prochaines années » expliquait Violaine Fichefet ce matin à la Première. Il semble dès lors, que le loup se soit installé pour de bon, et que cohabiter il faudra. Autant adopter les bons gestes afin de rendre cette cohabitation la plus harmonieuse possible, non ?

A lire aussi : Après le loup, le chacal doré pourrait aussi faire son apparition en Belgique

Sur le même sujet
Plus d'actualité