Un géant pétrolier comme ministre de l’environnement en Suisse : «Il nous a expliqué qu’il n’était plus climatosceptique puis il a dit qu’on exagérait»

Le nouveau ministre de l’environnement ne fait pas l’unanimité en Suisse.

ministre de l'environnement suisse est un géant du pétrole
© BelgaImage

Après la nomination du PDG de l’Adnoc, Sultan Ahmed-al-Jaber, pour présider la Cop 28, c’est l’accession au Conseil fédéral d’un géant du pétrole qui provoque la surprise.

Albert Rösti, le nouveau ministre de l’environnement suisse, est connu pour être un lobbyiste du pétrole. Il s’est récemment opposé à l’initiative du Parlement sur les glaciers et a réussi à récolter les 50 000 signatures nécessaires pour un référendum. Cette initiative consistait en un contre-projet qui avait pour but de rapprocher la Suisse de la neutralité carbone et à renforcer son indépendance vis-à-vis des énergies fossiles.

Cependant, en tant que ministre de l’environnement, il doit maintenant défendre publiquement ce projet de loi et expliquer comment il compte concilier ses convictions personnelles avec ses responsabilités en tant que ministre. Avant d’accéder au Conseil fédéral, Albert Rösti présidait en effet Swissoil, lobby du pétrole suisse.

Albert Rösti est déjà la cible de multiples détracteurs qui affirment que la nomination de Rösti comme ministre de l’environnement est un paradoxe, étant donné son passé en tant que lobbyiste du pétrole.

Loup Espargilière, créateur de Vert le média, une newsletter quotidienne sur l’écologie, pointe l’ironie de la situation du doigt. “Ce cher monsieur aime bien aussi dire aux scientifiques du climat de s’occuper de leurs affaires, qu’ils sont trop alarmistes, ou alors, il propose de retarder l’action”, écrit-il sur Twitter.

https://twitter.com/L_Espargiliere/status/1613811671616593920?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1613811671616593920%7Ctwgr%5E1d42dd65254e02d1a7db4dcb5da3b1a90295dd31%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.dhnet.be%2Factu%2Fmonde%2F2023%2F01%2F13%2Fun-geant-petrolier-comme-ministre-de-lenvironnement-en-suisse-il-nous-a-explique-quil-netait-plus-climatosceptique-puis-il-a-dit-quon-exagerait-JZ77I7VBSVC2JCKSQNRVY6Z25I%2F

Une scientifique suisse, Julie Steinberger, explique au journal Le Monde ses rapports difficiles avec le nouveau ministre : “D’abord, il nous a expliqué qu’il n’était plus climatosceptique, et ensuite, il a affirmé que nous, les scientifiques, exagérions certainement la sévérité des impacts – ce qui est en fait du climatoscepticisme.”

Sur le même sujet
Plus d'actualité