Vider sa boite mail : un geste efficace pour diminuer son empreinte carbone ?

Nous sommes nombreux à l’avoir fait : vider notre boîte mail avec l’espoir de diminuer notre empreinte carbone. Mais ce geste est-il réellement efficace?

Supprimer des mails pour diminuer notre empreinte carbone?
© Unsplash

Si l’impact du numérique, en perpétuelle croissance depuis plusieurs années, sur le climat est bel et bien réel (2,1-3,9 % des émissions mondiales annuelles de gaz à effet de serre d’origine anthropique), l’empreinte carbone des courriels ne serait quant à elle pas aussi importante qu'on pourrait le croire. C’est en tout cas ce qu’indiquent des chercheurs travaillant sur la quantification des émissions de GES anthropiques, dans le média The Conversation : «L’empreinte carbone exagérée des courriels est trompeuse vis-à-vis d’autres leviers d’action qui permettraient de réduire substantiellement l’impact des utilisateurs associés aux TIC», écrivent-ils.

Diminuer notre empreinte carbone en supprimant notre boite mail ou en envoyant moins de courriels serait tout simplement un mythe et relèverait plutôt du geste symbolique. Premièrement, parce que l’envoi d’e-mails - même s’il est conséquent (122 milliards en 2022) - ne représente que 1% du trafic Internet : «À titre de comparaison, les services de vidéo représentent environ 82 % du trafic Internet et pourraient encore augmenter dans les années à venir», indiquent les chercheurs de l’Université du Québec.

A lire aussi : Calculer son empreinte carbone avec ce simulateur

Un impact limité 

Ensuite, parce que les systèmes de stockage des données numériques consomment autant d’énergie qu’ils soient sollicités... ou non. De plus, l’impact associé à l’utilisation des centres de données et des réseaux de transmission serait très faible lors d’envoi de courriels : «Pour avoir un ordre d’idée, parcourir 1 km avec une voiture compacte émet autant de GES [NDLR : gaz à effet de serre] que l’électricité utilisée pour transférer et stocker 3.500 courriels de 5 Mo».

Une quatrième raison évoquée par les scientifiques sont les spams, qui représentent environ 85% du trafic des courriels. Dès lors, envoyer moins d’e-mails au bureau aurait un impact extrêmement limité sur le trafic mondial.

A lire aussi : Le sale coût écologique du streaming

Une "perte de temps"

Enfin, effacer 1.000 courriels de sa boite mail aurait un bénéficie carbone d’environ 5g d’équivalent CO2. Or, passer 30 minutes sur son ordinateur afin de supprimer ses e-mails émettrait 28g d’équivalent CO2 (fabrication + électricité)… Faites le calcul. «Supprimer manuellement ses courriels peut entraîner plus d’impact que de simplement les stocker, puisque cela représente du temps passé devant l’ordinateur», résument les scientifiques.

Pour ces chercheurs, plutôt que de concentrer notre temps et notre énergie à supprimer notre boite mail, il serait plus judicieux de privilégier des actions qui sont réellement efficaces pour réduire notre empreinte carbone, comme diminuer notre consommation de produits électroniques et prolonger leur durée de vie.

Si vous souhaitez tout de même réduire l’empreinte carbone de vos courriels, le meilleur moyen de le faire est tout simplement d’utiliser un ordinateur moins gourmand en électricité.

A lire aussi : Le Monde sans fin : pourquoi cette BD, la meilleure vente de l’année, est importante

Sur le même sujet
Plus d'actualité