«C’est simplement une fake news»: les vœux d’Emmanuel Macron ne passent pas

Dans son discours pour le Nouvel an samedi, le président français a laissé entendre que personne n’avait prévu la crise climatique et “ses effets spectaculaires”. Un propos largement décrié par les scientifiques, qui alertent à ce sujet depuis les années 1980.

«C’est simplement une fake news»: les vœux d’Emmanuel Macron ne passent pas
Emmanuel Macron. (@Belga Image)

Comme beaucoup de chefs d’État, le président Macron a adressé ses vœux aux Français pour la Nouvelle année dans une allocution diffusée le 31 janvier. Dans son discours, le président français a notamment appelé à “l’unité de la nation” et a confirmé la mise en place de sa réforme des retraites pour 2023. Mais une phrase bien précise en a irrité plus d’un.

«Qui aurait pu prédire la vague d’inflation ou la crise climatique aux effets spectaculaires», a déclaré Macron, laissant entendre que personne n’avait anticipé le changement climatique. Les internautes n’ont pas manqué de lui répondre vertement sur les réseaux sociaux, lui rappelant justement que le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) existe depuis 1990 et a produit six rapports depuis, et que nous en étions également à la 27e COP.

Les scientifiques en colère

C’est dans la communauté scientifique, qui alerte depuis plusieurs années sur le changement climatique, que la phrase n’est particulièrement pas passée.

Gonéri Le Cozannet, géologue qui a co-signé le dernier rapport du GIEC, est stupéfait. «Il y a déjà eu six rapports du Giec, 27 COP, des alertes dans les années 1970 et 1980… On ne peut pas dire qu’on ne l’avait pas prévu», a-t-il réagi auprès de Franceinfo. «Que personne n’ait relevé cette phrase, cela montre que les enjeux ne sont pas compris», ajoute-t-il, alors que le discours a été relu et enregistré à l’avance.

Nos confrères français ont aussi recueilli la réaction de Magali Reghezza-Zitt, géographe et membre du Haut Conseil pour le climat (HCC), créé en 2018 par Emmanuel Macron. «C’est un discours qui aurait pu être tenu dans les années 1980, pas en 2022», s’étonne-t-elle.

Pour elle, Emmanuel Macron est le «symbole de cette classe dirigeante, économique et politique, tous bords confondus, qui n’a pas pris la mesure du problème» et reproche un discours fataliste, qui présente le combat contre le réchauffement climatique perdu d’avance. «Dire en 2022 qu’on ne savait pas, c’est simplement une 'fake news'», pointe-t-elle auprès du site d’information.

Toujours auprès de Franceinfo, le climatologue Jean Jouzel, montre sa déception. Il se remémore pourtant très bien d’une réunion en septembre 2013 à l’Elysée, lors de laquelle les conclusions du 5e rapport du GIEC ont été notamment présentées à François Hollande et son secrétaire général adjoint, Emmanuel Macron. “Cela fait dix ans quand même, je ne comprends pas qu’il ait pu dire ça”, regrette-t-il.

À lire aussi: Climat: les accords de Paris sont toujours atteignables selon un nouveau rapport

Sur le même sujet
Plus d'actualité