Un accord historique sur la biodiversité approuvé à la COP15 de Montréal

Après plusieurs reports de la plénière convoquée dimanche soir, la COP15 a abouti à un accord dans la nuit de dimanche à lundi, vers 3h30 heure locale (9h30 en Belgique).

Un accord historique sur la biodiversité approuvé à la COP15 de Montréal ©BelgaImage

La conclusion du "deal" final a notamment été relayée sur Twitter par le commissaire européen à l'Environnement Virginijus Sinkevi¿ius. "Nous faisons l'histoire ce soir", avec cet accord de "Kunming-Montreal", décroché sous présidence chinoise dans cette COP accueillie par le Canada, assure-t-il.

Selon le commissaire, l'accord maintient la proposition de protéger 30% des zones terrestres et maritimes d'ici 2030, un des éléments phares du texte proposé par la Chine. A ce jour, 17% des terres et 8% des mers sont protégées. Le texte propose aussi de "restaurer" 30% des terres dégradées et de réduire de moitié le risque lié aux pesticides.

À lire aussi : L’humanité est devenue une "arme d'extinction massive" : les enjeux de la COP15 sur la biodiversité

"Nous avons ensemble franchi un pas historique", s'est félicité Steven Guilbeault, le ministre de l'Environnement du Canada.

Pour tenter de résoudre la question financière toujours brûlante entre le Nord et le Sud, la Chine propose par ailleurs d'atteindre "au moins 20 milliards de dollars" d'aide internationale annuelle pour la biodiversité d'ici 2025 et "au moins 30 milliards d'ici 2030".

Les discussions ont justement bien failli achopper sur la question financière, restée jusqu'au bout au cœur des débats, même pendant la session plénière d'adoption avec des objections de plusieurs pays africains dont la République démocratique du Congo. En échange de leurs efforts, les pays les moins développés réclamaient aux pays riches 100 milliards de dollars par an.

Sur le même sujet
Plus d'actualité