La COP27 sous tension: " Un échec n’est pas à exclure "

L'Union européenne a rejeté une proposition "inacceptable" de la présidence égyptienne de la COP27 sur le climat, qui selon elle conduirait à remettre en cause les engagements passés sur la baisse des émissions de gaz à effet de serre.

La COP27 sous tension:
Xinhua

Dernière ministre belge présente à Charm el-Cheikh, négociatrice pour le volet " atténuation " des négociations, Mme Khattabi, constate que " le volet atténuation présenté cette nuit constitue un recul considérable par rapport aux acquis de Glasgow ".

En Écosse, l’an dernier à la COP26, la communauté internationale s’était mise d’accord pour " garder en vie " l’un des principaux objectifs de l’accord de Paris sur le climat: faire en sorte de limiter la hausse du mercure mondial à +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, sachant, sur base des rapports du Giec, que chaque fraction de degré supplémentaire accentue les effets délétères du réchauffement climatique.

A lire aussi: La COP27 prolongée jusqu’à samedi: qu’est-ce qui coince?

" Il ne s’agit pas ici de rouvrir la discussion sur notre ambition mais bien de nous accorder sur une opérationnalisation ambitieuse de l’accord de Paris comme du Glasgow climate Pact (le pacte de Glasgow sur le climat, conclu fin 2021, NDLR). Nous n’y sommes pas encore, nous ne ménagerons pas nos efforts jusqu’au dernier moment mais il n’est pas question de transiger sur les fondamentaux de la politique climatique internationale ", met encore en garde la ministre belge.

" Inacceptable "

Ces propos rejoignent ceux de l’Union européenne qui, via le vice-président de la Commission Franz Timmermans, a annoncé qu’elle préférait " ne pas avoir d’accord qu’un mauvais accord ". " A ce stade, la présidence égyptienne remet en cause les acquis de Paris et de Glasgow sur la baisse des émissions. C’est inacceptable pour la France et les pays de l’UE ", a-t-on dit dans l’entourage de la ministre française de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.

A lire aussi: Que font ces lobbyistes à la COP27? Ils " conseillent "

" On est au-delà de la dramaturgie habituelle, un échec ne peut être exclu à ce stade ", indiquait plus tôt dans la journée une source au sein de la délégation européenne. Le président de la COP27, l’Égyptien Sameh Shoukry, se montre quant à lui plus optimiste et a déclaré samedi, au cours d’un point presse, qu’une majorité des pays trouvait les textes sur la table " équilibrés ".

Sur le même sujet
Plus d'actualité