Réchauffement climatique : pourquoi la nature est notre meilleure alliée

Selon une étude de WWF, la nature a absorbé plus de la moitié des émissions de dioxyde de carbone liées aux activités humaines au cours des 10 dernières années.  

La nature absorbe la moitié des émissions de C02 et est
La nature absorbe la moitié des émissions de C02 © Unsplash

La nature a absorbé, au cours des 10 dernières années, plus de la moitié (54%) des émissions de dioxyde de carbone (CO2) liées aux activités humaines, ce qui a ralenti le réchauffement de la planète, souligne dans une étude le WWF, qui en déduit que " la nature est notre meilleure alliée dans la lutte contre le changement climatique ".

Le rapport du WWF, publié mercredi à l’occasion de la journée de la biodiversité à la COP27 à Charm el-Cheikh, s’appuie sur les travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec).

" Les systèmes naturels sont poussés au-delà de leurs limites "

Il souligne qu’environ 31% des émissions de CO2 d’origine humaine au cours des 10 dernières années ont été absorbés par les écosystèmes terrestres (y compris les plantes, les animaux et les sols) et que 23% supplémentaires ont été absorbés par les océans, ce qui au passage acidifie leurs eaux.

La nature est une alliée du climat, mais les systèmes naturels sont poussés au-delà de leurs limites par la pression incessante du changement climatique, de la pollution, de la surexploitation et de la conversion des écosystèmes" , dénonce le WWF, pour qui les gouvernements présents à la COP27 " doivent intégrer les liens entre le climat, les populations et la nature, ainsi qu’accélérer les progrès en matière d’ambition d’atténuation et d’adaptation, et de pertes et dommages" .

A lire aussi : COP27 : l’objectif d’1,5°C de réchauffement est devenu  " carrément hors d’atteinte " , selon le GIEC

Actuellement, la hausse du mercure par rapport à l’ère pré-industrielle est estimée à +1,15°C et se traduit déjà par des évènements climatiques extrêmes plus fréquents et plus puissants.  " Pour limiter le réchauffement à 1,5°C, s’adapter au changement climatique et sauver des vies et des moyens de subsistance, nous devons sauvegarder et restaurer la nature" , insiste l’ONG de défense de l’environnement. Pour le WWF, la COP15 biodiversité, prévue en décembre à Montréal, représente " l’occasion incontournable pour l’humanité de rétablir sa relation brisée avec la nature. "

Sur le même sujet
Plus d'actualité