COP27: des entreprises appellent les Etats à respecter leurs engagements climatiques

C'est le monde à l'envers! Alors que certains Etats refusent d'inclure la limite de +1,5°C dans la déclaration finale de la COP27, près de 200 entreprises font pression sur les gouvernements afin qu'ils respectent leurs engagements pour lutter contre le réchauffement climatique.

COP27: des entreprises appellent les Etats à respecter leurs engagements climatiques
Xinhua

L’appel a été signé par 200 entreprises (Bayer, EDF, H&M, Ikea, Microsoft, Nestlé, Saint-Gobain, Unilever, Volvo…), dont certaines issues de secteurs pointés pour leur impact environnemental négatif, ou institutions comme la Chambre de commerce internationale. " Nous avons besoin que les gouvernements, à commencer par les économies les plus avancées du monde, maintiennent leur engagement à limiter le réchauffement à 1,5°C et à agir rapidement pour le mettre en œuvre ", indique cette déclaration.

" C’est une initiative importante qui souligne que nous devons considérer 1,5°C non comme un objectif ou quelque chose de vague mais comme la limite pour un monde vivable ", a déclaré devant des journalistes l’ancienne présidente irlandaise, Mary Robinson, qui dirige les " Sages ", un groupe fondé par Nelson Mandela réunissant d’anciens responsables œuvrant pour la paix dans le monde.

" We Mean Business "

L’accord de Paris de 2015 vise à limiter le réchauffement de la planète bien en deçà de +2°C et si possible +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle.
" Cela s’adresse aux gouvernements, ceux ici à la COP qui n’ont pas encore relevé leurs ambitions nationales comme ils l’avaient promis à Glasgow, et en particulier le G20 qui va se réunir la semaine prochaine " à Bali, a expliqué Mary Robinson.

A lire aussi: L’objectif des 1,5°C de réchauffement est devenu " hors d’atteinte "

" Il est vraiment, vraiment important que les gouvernements commencent à prendre au sérieux leurs responsabilités pour diviser par deux les émissions mondiales d’ici 2030, alors qu’elles augmentent. C’est de la folie! ", s’est-elle exclamé. María Mendiluce, directrice générale de la coalition d’entreprises engagées en faveur du climat " We Mean Business ", a souligné qu’il était important de conserver un objectif clair de 1,5°C pour orienter le monde des affaires. " Une fois que vous vous êtes fixé un budget et une limite, alors vous pouvez délivrer des résultats ", a-t-elle fait valoir.

Refus de mentionner l’objectif des 1,5°C

Cet appel est envoyé alors qu’un certain nombre de pays présents au Sommet de l’Onu sur le climat à Charm-el-Cheikh, en Égypte, s’opposent à l’intention d’inclure l’objectif de limiter le réchauffement planétaire à +1,5°C dans la déclaration de clôture de la COP27, a confié samedi John Kerry, envoyé spécial chargé de la lutte contre le réchauffement climatique pour les États-Unis.

" Un petit nombre de pays a soulevé la question de ne pas mentionner tel ou tel mot ", a déclaré M. Kerry lors d’une conférence de presse, interrogé sur l’opposition à la mention de l’objectif d’1,5°C dans la déclaration finale. L’envoyé spécial a cependant assuré qu’il était convaincu que les accords précédents resteraient bien en place.

La COP, terrain de jeu des lobbyistes

A noter que cette COP27 aura accueilli plus de 630 lobbyistes du secteur des énergies fossiles. C’est 25% de plus que lors de la COP26 à Glasgow. Le secteur des énergies fossiles est ainsi mieux représenté que les dix pays les plus touchés par la crise climatique. Selon les organisations environnementales, 29 des 200 pays représentés à la COP comprennent des lobbyistes pour les énergies fossiles dans leur délégation.

" La présence inhabituelle de ces lobbyistes à ces pourparlers est une mauvaise blague, aux dépens de l’humanité et de la planète ", dénoncent Global Witness et Corporate Europe Observator. Pour les ONG, " il est temps de chasser les gros pollueurs " de la COP à l’instar de ce qui se fait aux conférences sur la santé. Tout cela laisse en tout cas penser que les COP sont devenues les terrains de jeu des entreprises privées qui essaient d’avancer leurs pions selon leurs intérêts.

A lire aussi: COP27: ce genre de sommet vert est-il devenu le greenwashing ultime?

Sur le même sujet
Plus d'actualité