COP 27: HRW dénonce des arrestations et restrictions au droit de manifester en Égypte

Les autorités égyptiennes ont arrêté des dizaines de personnes qui avaient appelé à des manifestations et ont restreint le droit de manifester pacifiquement durant les derniers jours précédant l'ouverture de la Conférence internationale sur le climat (COP27), dénonce lundi Human Rights Watch (HRW) par voie de communiqué.

COP 27 HRW
Peu de participants sur le site de la COP27, répression oblige © Belga Images

Selon l’ONG, des médias égyptiens ont affirmé que, depuis le début du mois d’octobre, les autorités égyptiennes avaient arrêté des dizaines de personnes ayant appelé à des manifestations anti-gouvernementales le 11 novembre. En outre, Human Rights Watch dénonce un durcissement des mesures de sécurité encadrant l’événement international, avec, notamment, une procédure d’accréditation " indûment compliquée " pour accéder à l’espace aux abords du site de la COP.

Cette procédure exige d’un candidat qu’il fournisse ses informations personnelles, y compris le numéro de son passeport, et déclare une affiliation à une organisation participante. Lors de précédents sommets pour le climat, cet espace était pourtant ouvert aux membres du public afin de leur permettre de débattre des questions climatiques.

A lire aussi: COP27 : ce genre de sommet “vert” est-il devenu le greenwashing ultime ?

Parmi les autres mesures de sécurité drastiques mise en place, HRW évoque l’installation de caméras de surveillance reliées à un " observatoire de sécurité " dans les 800 taxis de Charm el-Cheikh ainsi que la création d’une application pour téléphone portable destinée aux participants de l’événement et dont le fonctionnement ne garantirait pas le respect de la vie privée.

De plus, la COP27 a publié sur son site internet des directives au sujet d’actes protestataires et de manifestations, qui exigent des organisateurs qu’ils fournissent un préavis 36 heures à l’avance et révèlent l’objectif de la manifestation, sa date, l’entité organisatrice, etc. " Les manifestations ou marches protestataires ne peuvent se dérouler qu’entre 10h00 et 17h00, correspondant aux heures d’ouverture du site de la COP27 ", souligne l’ONG de défense des droits humains. Environ 1.400 organisations de diverses régions et personnalités publiques de 80 pays ont signé une pétition rédigée par 12 organisations égyptiennes, demandant la levée de ces restrictions

A lire aussi: 30 ans de sommets sur le climat : retour sur les grandes dates avant la COP 27

Sur le même sujet
Plus d'actualité