"Arrêtez de lui donner des chaussettes" : quand la tombe de Dobby (Harry Potter) devient un problème écologique

Zone littorale protégée, Freshwater West, au Pays de Galles, souffre de l’afflux de touristes fans de la saga Harry Potter, venus rendre hommage à l’elfe de maison.

C’est devenu un lieu de pèlerinage pour les fans. Dans le septième film de la saga Harry Potter, c’est sur la plage de Freshwater West, au pays de Galles, que le trio le plus célèbre de sorciers pleure la mort de Dobby, l’elfe de maison. Très populaire, le personnage s’est depuis vu dédier un véritable mémorial où les fans déposent des galets portant l’inscription "RIP Dobby", ainsi que des chaussettes. Pour les moldus qui ne connaissent pas leur Harry Potter sur le bout des doigts, rappelons que l’elfe de maison retrouve sa liberté après que Lucius Malefoy lui ait offert par erreur une chaussette du sorcier à la cicatrice. L’elfe devient alors l’un des plus fidèles alliés d’Harry.

Zone littorale protégée, Freshwater West souffre désormais de sa notoriété parmi les Potterheads. 75.000 touristes visitent en effet le site chaque année. Selon le New York Times, l’association à but non lucratif National Trust estime que l’état environnemental de la plage s’est dégradé, suite à l’afflux de fans. Au point de supplier ceux-ci d’arrêter de laisser des chaussettes sur la tombe de l’elfe de maison.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par bbcwalesnews (@bbcwalesnews)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par sophie lord (@sophielord96)

Partagées entre l’impact touristique non négligeable de la tombe de Dobby sur l’économie locale et la nécessité de préserver l’écosystème fragile de la plage, les autorités ont un moment temps envisagé de faire retirer le mémorial consacré à l’elfe de maison, avant de finalement faire le choix de durcir les règles de visite. Pour protéger un lieu qui abrite notamment de grands phoques gris et de nombreuses populations d’oiseaux de mer, les autorités galloises ont demandé aux fans de ne plus rien laisser sur leur passage.

À lire aussi : Surtourisme: comment les photos Instagram abîment la nature

"Les chaussettes, bibelots et éclats de peinture des galets peints pourraient pénétrer l’environnement marin, perturber la chaîne alimentaire et mettre la faune en danger", a justifié le National Trust. Des solutions doivent être trouvées pour parvenir à un terrain d’entente et "permettre l’accès, tout en protégeant l’environnement local", notamment à l’aide de groupe de supervision, a ajouté l’association galloise.

Sur le même sujet
Plus d'actualité