Un gros astéroïde "potentiellement dangereux" découvert

Les astronomes ont repéré un gros géocroiseur qui était encore inconnu à ce jour, 2022 AP7, et ce du fait d'une orbite très spécifique.

Télescope à Cerro Tololo
L’Observatoire interaméricain du Cerro Tololo, au Chili, qui abrite le télescope Victor M. Blanco ©AFP

Des astronomes ont annoncé lundi avoir détecté un astéroïde grand d’environ 1,5 kilomètre dans les environs de la Terre, qui pourrait avec beaucoup de malchance la percuter dans un lointain avenir — causant alors une dévastation planétaire.

Le "plus gros objet potentiellement dangereux pour la Terre découvert ces huit dernières années"

La plupart des astéroïdes de cette taille ont déjà été découverts, selon les scientifiques, mais celui-ci se cachait jusqu’ici dans l’éclat du Soleil, et était donc particulièrement difficile à détecter. Cet astéroïde, nommé 2022 AP7, "croise la trajectoire de la Terre, ce qui en fait un astéroïde potentiellement dangereux", a expliqué à l’AFP Scott Sheppard, astronome à la Carnegie Institution for science. Toutefois, il ne menace actuellement pas de nous percuter, car il reste "très éloigné" de la Terre lorsqu’il croise son orbite, a-t-il immédiatement rassuré.

À lire : L’astéroïde Bennu n’a qu’une chance infime mais réelle de frapper la Terre d’ici 2300

La menace vient du fait que comme tout astéroïde, sa trajectoire sera lentement modifiée en raison des forces gravitationnelles exercées sur lui, notamment par les planètes. Les prévisions sont donc difficiles sur le très long terme. Il s’agit du "plus gros objet potentiellement dangereux pour la Terre découvert ces huit dernières années", selon un communiqué du NOIRLab américain, qui opère plusieurs observatoires. Ce géocroiseur (astéroïde proche de la Terre) met cinq années à faire le tour du Soleil, et se trouve aujourd’hui à plusieurs millions de kilomètres de la Terre au plus proche. Le risque est donc très hypothétique, mais en cas de collision, un astéroïde de cette taille aurait "un impact dévastateur sur la vie telle qu’on la connaît", a expliqué Scott Sheppard. Les poussières projetées dans l’atmosphère bloqueraient la lumière du Soleil, refroidissant la planète et provoquant une extinction de masse.

Encore "entre 20 et 50" gros géocroiseurs à détecter

La découverte a été faite grâce au télescope Victor M. Blanco, au Chili, et son instrument DECam, initialement développé pour étudier la matière noire. Les résultats ont été publiés dans la revue scientifique The Astronomical Journal. Deux autres astéroïdes dans cette zone compliquée à observer ont été découverts, dont l’astéroïde le plus proche du Soleil connu. Eux ne représentent aucun risque pour la Terre.

Quelque 30.000 astéroïdes de toutes tailles — dont plus de 850 de 1 km et plus — ont été catalogués dans les environs de la Terre. Aucun d’eux ne menace notre planète pour les 100 prochaines années. Sauf qu’ils ne sont pas tous recensés. Selon Scott Sheppard, il resterait "entre 20 et 50" gros géocroiseurs à détecter. "La plupart sont sur des orbites qui les rendent difficiles à trouver, comme des orbites les gardant à l’intérieur de (celle de) la Terre, et les rendant difficiles à voir à cause de l’éclat du Soleil", a-t-il expliqué. Pour se préparer à une mauvaise découverte, la Nasa a réalisé fin septembre une mission test: un vaisseau a été propulsé contre un astéroïde non dangereux, prouvant qu’il était possible de modifier sa trajectoire.

À lire: "Un moment décisif pour la défense planétaire" : la NASA a réussi à dévier un astéroïde de sa trajectoire

Sur le même sujet
Plus d'actualité