Changement d’heure : hiver ou été, quelle heure est la meilleure pour l’environnement ?

Ce week-end, on change d’heure ! En Belgique, le passage à l’heure d’hiver aura lieu dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 octobre.

Changement d’heure : hiver ou été, quelle heure est la meilleure pour l’environnement ?
Ce week-end, on passe à l’heure d’hiver © Belga Image

Heure d’été ou heure d’hiver ? Le débat fait rage depuis de nombreuses années. En Belgique, le changement d’heure a été instauré en 1977, suite au choc pétrolier. L’heure d’été avait pour but de permettre à la population de faire des économies d’énergie en limitant l’utilisation de l’éclairage artificiel.

En mars 2019, les députés européens avaient voté la suppression du changement d’heure saisonnier mais cette décision a été ajournée par la crise du Covid-19 et un avis défavorable du Conseil européen. L’accord a ensuite volé en éclats avec d’un côté, les pays du Nord qui sont plutôt favorables à garder l’heure d’hiver et de l’autre, les pays du Sud qui préfèrent l’heure d’été.  Le dernier changement d’heure devait théoriquement avoir lieu en mars prochain mais les pays européens rencontrent toujours des difficultés à s’accorder. Et avec la Guerre en Ukraine, ce n’est plus la priorité.

A lire aussi : A quand la fin du changement d’heure ?

Des économies " réelles mais modestes "

Pour l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (Ademe) française, le changement d’heure permet des économies en énergie et CO2 " réelles mais modestes " : " En 2009, ces gains ont représenté de l’ordre de 440 GWh, soit l’équivalent de la consommation en éclairage d’environ 800 000 ménages français. Grâce à ces économies sur l’éclairage, 44 000 tonnes de CO2 ont ainsi été évitées, en considérant que, pour cet usage, 1 kWh consommé produit 100 grammes de CO2, l’éclairage faisant appel à des moyens de production électrique en partie carbonés ". Une économie importante mais qui serait amenée à baisser dans les prochaines années par le fait que l’éclairage, dans les foyers et dans la rue, est de moins en moins énergivore.

D’après l’Ademe, le changement d’heure ne modifierait pas drastiquement notre consommation d’énergie, notamment en ce qui concerne le chauffage et la climatisation. La Commission européenne estime elle aussi que les gains sont " marginaux " et changer d’heure ne permettrait en réalité d’économiser qu’entre 0,5 et 2,5% de la consommation énergétique totale des pays européens.

Rester sur l’heure d’été ?

Cependant, selon une récente étude britannique, ne pas changer d’heure en hiver réduirait notre consommation d’énergie, relate The Guardian. Rester sur l’heure d’été permettrait en effet aux ménages britanniques de réduire leur facture d’énergie de 400 livres par an.

" En renonçant simplement à ce changement d’heure en octobre, nous économiserions de l’énergie parce qu’il fait plus clair le soir en hiver. Donc nous pourrions réduire la demande en électricité commerciale et résidentielle lorsque les gens quittent le travail plus tôt et rentrent à la maison plus tôt, ce qui signifie qu’il faut moins d’éclairage et de chauffage ", explique la chercheuse Aoife Foley de l’Université Queen’s de Belfast.

Selon elle, la demande en énergie pourrait être réduite de 10% chaque soir et des réductions de coûts et des émissions pourraient ainsi être constatées. Un gain qui n’est pas anecdotique dans un contexte de crise de l’énergie et de réchauffement climatique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité