Mondial 2022 au Qatar : le bilan environnemental en question

Malgré la promesse d’un événement «neutre en carbone», le bilan environnemental de la Coupe du monde au Qatar restera «très élevé». Et la climatisation des stades est loin d'être le pire.

un stade de football pour la coupe du monde au qatar
© BelgaImage

Ses organisateurs promettent d’en faire un tournoi neutre en carbone mais la Coupe du monde de football au Qatar, qualifiée d' "aberration écologique " par ses détracteurs, s’annonce beaucoup plus nocive pour le climat que prévu.

Nous sommes engagés à assurer une Coupe du monde de football totalement neutre en carbone. Nous y arriverons en mesurant, réduisant et compensant toutes les émissions de gaz à effet de serre associées au tournoi ", a promis Hassan Al-Thawadi, le secrétaire général du Comité d’organisation du Mondial. Cet engagement peine pourtant à convaincre et des personnalités ont annoncé vouloir boycotter la Coupe du monde en raison de son bilan écologique et humain. L’ancienne star de Manchester United Eric Cantona a dénoncé une " aberration écologique, avec tous ces stades climatisés " ainsi qu’une " horreur humaine ", tandis que plusieurs grandes villes françaises et belges ont renoncé à installer des écrans géants pour diffuser les matchs.

La promesse de neutralité carbone est " de la poudre aux yeux ", juge Julien Jreissati, directeur de programme pour Greenpeace au Moyen-Orient. Ce " n’est pas une réponse à l’urgence climatique et peut être considéré comme du greenwashing/sportswashing ", selon lui. " Cette publicité autour de la neutralité carbone est trompeuse et n’est pas fidèle à l’impact climatique réel que l’événement va avoir ", abonde Gilles Dufrasne, auteur d’un rapport sur le sujet pour l’ONG basée en Belgique Carbon Market Watch.

Bilan supérieur et incomplet

Selon un rapport commandé par la Fifa, la compétition devrait générer 3,6 millions de tonnes équivalent CO2, contre 2,1 millions lors de la précédente édition en Russie, en 2018. La vaste majorité (95%) provient d’émissions indirectes, liées essentiellement au transport, à la construction des infrastructures et au logement.

À lire aussi : Un avion toutes les 10 minutes pour transporter les supporters au Mondial du Qatar

Mais ce bilan des émissions est incomplet, juge Carbon Market Watch, qui estime que l’empreinte carbone de la construction des stades pourrait avoir été sous-estimée d’un facteur huit : il faudrait comptabiliser 1,6 million de tonnes de CO2 et non 0,2 million. Une différence majeure qui reflète un choix méthodologique : le Qatar juge en effet que les stades seront utilisés après la Coupe du monde, et donc que leur impact sur l’environnement n’est pas attribuable au seul événement, tandis que Carbon Market Watch pense l’inverse. La pleine utilisation des stades après 2022 dans un pays de 2,4 millions d’habitants est sujette à caution, estime l’ONG.

Hôte de la Coupe d’Asie de football à l’été 2023, le Qatar, lui, annonce qu’un stade sera entièrement démonté et que les sept autres seront partiellement dédiés à d’autres usages pour le grand public, écoles, bureaux, hôtels etc.

" Enorme erreur "

La climatisation des stades, souvent retenue comme symbole de gâchis énergétique et environnemental, ne pèse pourtant pas lourd dans le bilan. " C’est relativement minime comparé aux émissions totales de la construction des stades ou aux émissions totales du transport aérien ", confirme Gilles Dufrasne. Compte tenu de l’impact climatique de la construction des infrastructures, certains observateurs pensent qu’un pays mieux équipé aurait dû être choisi.

À lire aussi : Mondial 2022 : les médias du Qatar répondent aux critiques et aux appels au boycott

Une énorme erreur a été commise en décembre 2010 au moment de l’attribution de la Coupe du monde face à un pays (les Etats-Unis, NDLR) qui avait toutes les infrastructures ", estime Gilles Paché, spécialiste de logistique et professeur à l’université d’Aix-Marseille. " On partait avec le Qatar sur rien, ex nihilo. On partait sur un événement de taille mondiale fondé sur du sable ", ajoute-t-il, alors que " les Etats-Unis étaient vraiment bien équipés " en stades et en hôtels.

stade climatisé au Qatar pour la coupe du monde de football

© BelgaImage

Quelle compensation ?

Pour atteindre la neutralité, les organisateurs promettent aussi que les émissions du tournoi seront intégralement compensées : ils vont acheter des crédits carbone, correspondant en théorie à une réduction des émissions équivalente à celles du Mondial, réalisées par des tierces parties (par exemple avec des projets d’énergie renouvelable en Turquie).

" La compensation carbone crée une diversion, car elle véhicule l’illusion qu’une solution qui ne nécessiterait pas d’efforts de réduction d’émissions de gaz à effet de serre impliquant des décisions politiques ambitieuses est possible ", critique Julien Jreissati. " Nous devons réduire les émissions à la source le plus rapidement possible. "

Pour les prochaines Coupes du monde, Gilles Dufrasne propose une " réflexion systémique " plutôt que de chercher à verdir l’événement à la marge : " réfléchir à la fréquence " ou par exemple " répartir les matches à travers le monde pour jouer dans un stade qui est le plus proche pour les deux équipes qui s’affrontent ".

Sur le même sujet
Plus d'actualité